Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/10/2008

VIDEO "Les feux de l'amour" à Paris

"Les feux de l'amour" en tournage à Paris

19/02/2008

Nouvelle Star : vidéos


En avant-première, voici deux extraits de "Nouvelle Star" millésime 2008... A suivre dès jeudi sur M6.

Et encore une nouvelle vidéo...



28/01/2008

Bande annonce : Docteur House


Docteur House, saison 3

11/10/2007

ALI BABA : Une vidéo de Jean Benguigui

Diffusée les 29 et 30 octobre prochain sur TF1, la fiction chorale Ali Baba réunit Gérard Jugnot, Michèle Bernier, Saïda Jawad, Marc Ruchmann, Léïla Bekhti, Ken Duken... et Jean Benguigui dont voici quelques images de tournage. 


Retrouvez aussi le reportage paru dans Midi Libre au moment du tournage à Marrakech, en avril dernier... Et très bientôt la critique.

 

A Marrakech, sur le tournage d'Ali Baba

REPORTAGE
L'équipe du téléfilm "Ali Baba", emmenée par Gérard Jugnot, accueille Midi Libre

A l’heure où l’appel à la prière s’envole de la médina, les effluves poivrés de menthe - dont le thé coule à flots -, viennent réchauffer ce matin sans soleil. Bienvenue à Oumnast, perle du Maroc située entre le désert et les neiges éternelles de l’Atlas, à 25 kilomètres de Marrakech. Dans une casbah aux murs saupoudrés de sable, un décor en trompe l’œil, fait de carton et de talent, vient sublimer le tableau. Insouciants, des gamins du village alentours, alertés par cette étrange agitation, courent pieds nus en agitant joyeusement des chutes de pellicule 35 millimètres. Des sunlights illuminent tout à coup l’atmosphère, tandis que des techniciens s’activent aux derniers préparatifs, dans ce Bagdad du neuvième siècle reconstitué.
Nous sommes sur le tournage d’Ali Baba, fiction à gros budget (9,5 millions d’euros) que réalise Pierre Aknine pour TF1. Personnage principal de cette superproduction, Gérard Jugnot incarne Ali, le brave bûcheron qui a découvert la caverne aux trésors des quarante voleurs. Pour ce 48e jour de travail (et seulement 48 heures de retard sur le planning), Michèle Bernier (Yasmina), Leïla Bekhti (Morgiane), Saïda Jawad (Ouria) et Marc Ruchmann (Sliman), lui donnent la réplique. À l’image des Marocains, l’équipe du film nous accueille les bras ouverts et nous guide dans les coulisses. Le ton est rapidement donné. Ici, l’ambiance est chaleureuse. Et Michèle Bernier n’est jamais la dernière pour materner les jeunes comédiens, plaisanter avec les techniciens, ou chanter Aline de Christophe.
Entre deux conseils, on se moque facilement de l’accent québécois du cadreur… Le "silence demandé ! Moteur !", fait cesser subitement les distractions. Mise en place de Roméo, le cacatoès sur son perchoir. Une scène minutieuse se prépare : Ali, Ouria et Yasmina découvrent les rescapés du tapis volant. Une carpette qu’il faut imaginer… Sauf pour Julien et Sébastien, de la société Duboi, qui en ont une idée précise. Ces "Messieurs effets spéciaux" calculent côtes et angles de vue qui permettront de restituer l’illusion de l’envol.
Avant de passer du champ au contre-champ, Pierre Aknine court voir les images sur les écrans de contrôle. Il hésite sur une expression, puis se prononce : "C’est dans la boîte, on peut passer au close up"- les plans fixes -. Au final quatre heures de tournage pour une scène de 50 secondes.
Pause "goûter", vers 16 h. Servies avec les pâtisseries orientales : Harira. Soupe des soirs de Ramadan, composée de mouton, de pois chiches et de lentilles. L’occasion pour les Marocains de nous interpeller sur un sujet inattendu : "Alors, Sarkozy ou Ségolène ?" L’Elysée, notre Riad à nous, s’est invité à déjeuner.
La journée de travail, commencée à 8 h 30 - lever à 5 h 30 pour les comédiens -, se poursuivra ainsi jusqu’à 21 heures.
Le temps pour Philippe Chaussende et Driss Tahri, les directeurs de production, d’aligner quelques chiffres. Environ 1 500 figurants, dont près de 600 pour les scènes du marché ; 25 techniciens Français, 40 Marocains ; 60 décorateurs (un pic à 90) presque tous de Marrakech (6 Français) ; 30 costumiers ou encore 650 000 € consacrés aux effets spéciaux.
Après Ouarzazate et Marrakech, l’équipe est cette semaine à Casablanca. Elle sera renforcée par la venue de Jean Benguigui, Mouss Diouf et Doc Gynéco. Et quand Chinook, le vent chaud des montagnes, aura soufflé, il ne balaiera pas ces 92 jours d’une aventure humaine.

A Marrakech, Loïc TORINO-GILLES

08/05/2007

VIDEO : En route pour l'Eurovision

Les Fatals picards défendront samedi 12 mai à Helsinki les couleurs de la France, lors du 52e concours de l’Eurovision. La soirée, animée par Tex et Julien Lepers, sera retransmise en direct dès 20h50 sur France 3. Découvrez déjà en exclusivité la bande annonce de l’émission... (Avec l'accord de France 3)


22/04/2007

EXCLUSIF : Deux bandes annonces de "Tropiques amers"


Découvrez les premières images de Tropiques amers, fiction sur l'abolition de l'esclavage, que diffusera France 3 le 10 mai à 20h50. Tropiques amers ou l'épopée du bout du monde, un monde magique, un monde tragique où se déchaînent amour, intrigues, passions et vengeance... Une série historique et épique. (Diffusion avec l'accord de France 3)

24/03/2007

VIDEO La bonne nuit de Canal +


(Le rêve de Rénata Azambuja, illustré par Alexandra Kumlin

 et le rêve de Laurianne, vu par Speedy Graphito)

- Avec l'accord de Canal + -


"Faites de beaux rêves"

Canal + fête ce soir le passage à l’heure d’été par une rêverie fantaisiste. Faites de beaux rêves, à 1 h, est la mise en images par des artistes contemporains, de songes d’artistes (Starck, Higelin, Guezo, Fellag) et d’anonymes (ethnologue, élève de maternelle…). Déambulations florales, peinture à l’huile, jeux vidéo, images de vieux films sont autant de stratagèmes oniriques pour donner vie à ces rêves loufoques ou graves.

On ne résiste pas au plaisir de vous conter la folle chevauchée de Jacques Higelin, sur un cheval gris pommelé. « Je le trouvais sensuel, je le caressais… Il m’a dit "Je t’aime", c’est vrai. Et puis il s’est métamorphosé en princesse. »
L’histoire de la comédienne Sophie Daull est également une perle. « J’étais sur un bateau de croisière, il y avait un grand piano. Je jouais du Chopin, mais les gens me réclamaient du jazz. J’avais un pressentiment avec le jazz. J’en ai joué et nous avons coulé. Il n’y avait plus rien pour me sauver. Là, dans l’eau, j’ai croisé ma prof d’anglais. Elle avait d’énormes seins de nacre qui m’ont servi de bouées. »

Oui, les rêves virent parfois au cauchemar.
L.T.-G.

Samedi 24 mars à 1 h. Lundi 2 avril à 23h35.

--- 

Canal + vous en montre plus

http://www.canalplus.fr/index.php?pid=478

 

21/03/2007

Cauet retourne la télé

 Cauet : « Je suis bien sur TF1 »

ENTRETIEN Ce soir, Sébastien Cauet retourne la télé sur TF1. Au programme, des parodies : Les Expert vs La Gendarmerie, Cauey’s Anatomy, AGAS (pour Sagas), Pas Nique dans le couple, On a tous essayé, Les feux de l’humour, Prison Break Danse…

 

medium_F-CAUET.2.jpg

Qu'est ce qui attend les téléspectateurs ce soir ?

Deux heures de parodies d'émissions et de séries : Les Expert, Cauey's Anatomy, Agas (pour Sagas), Pas Nique dans le couple, On a tous essayé, Prison Break Danse... Et d'autres des années 80. Il y a aussi trois clips, dont Cauet président sur Born to be alive. On a essayé d'inventer de nouvelles chaînes du câble.

Combien de temps a duré le tournage ?

C'est injuste... C'est comme quand on mange un crabe : deux heures pour le décortiquer et trente secondes pour l'avaler. C'est pareil, on a tourné en deux mois et demi. Il a fallu se faire violence et faire des choix, car avec toutes les parodies on arrivait à 3 h 30 d'émission.

TF1 accepte que vous brocardiez ses émissions ?

On ne se moque pas des gens. C'est comme un caricaturiste, on grossit les traits. Ça n'a rien de méchant.

D'où vient cette envie ?

C'est un beau défi. Alors quand on a la possibilité de le faire, il ne faut pas passer à côté. C'est un truc de gamin ; vous devenez flic, docteur, chanteur...

Votre équipe est fidèle ?

Oui, on l'a élargi à Vincent et Jeff qu'on voit déjà sur la Méthode Cauet (le jeudi soir sur TF1). C'est un travail collectif. Je ne veux pas me donner tous les premiers rôles.

Y aura-t-il un troisième "Cauet retourne la télé" ?

Si on doit en faire un pour Noël il faut le savoir vite, car c'est beaucoup de boulot.

Cet été, comptez-vous encore tester les petits boulots ?

Oui, Pas de vacances pour Cauet reprendra, mais dans un genre et un lieu différent. C'est une petite surprise.

Vous donnez l'image de quelqu'un de dilettante, mais vous travaillez beaucoup.

C'est justement parce qu'il y a beaucoup de travail en amont qu'on peut se permettre de se lâcher. Je me mets tout le temps la pression. Quand vous ratez une Méthode, vous pouvez vous rattraper la semaine d'après. Là, c'est beaucoup de gens (une centaine), du temps, de l'investissement, de la prise de tête, quatre mois de travail...

Vous arrivez à concilier aussi la radio ?

Oui. Pour l'instant tout va bien. C'est vrai que se lever le matin c'est pas le truc qui nous enchante le plus...

On parle de Cécile de Ménibus en solo ?

C'est normal dans une évolution. Un jour il y aura un truc, et ce sera une évidence. Pour l'heure on cherche et on a le luxe d'avoir le temps. Puis, elle est encore jeune, elle n'a que 74 ans ! (rires)

La presse a annoncé votre départ sur M6...

C'est ridicule de découvrir dans des papiers que je suis en compétition avec Maïténa Biraben. Ça n'a pas de sens ! J'ai une boîte de prod, donc il y a toujours des discussions avec les chaînes. Le jour où j'irai ailleurs, je le dirai. A force de le dire, ça va finir par arriver.

Vous restez sur TF1 alors ?

On y est très bien... On est en train de discuter de ce qu'on va faire l'année prochaine.

Votre adaptation des Muppets n'a pas duré longtemps.

On en a fait dix, comme prévu. C'était un boulot colossal et un programme pas rentable. J'ai perdu de l'argent dessus, mais on s'est éclaté... TF1 m'avait prévenu : au prix où ça coûte, il n'y aura pas de deuxième vague.

Propos recueillis par Loïc TORINO-GILLES

 

Sébastien Cauet vous propose de découvrir en avant-première quelques extraits de l'émission.

(Vidéo diffusée avec l'accord de Cauet)