Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/07/2007

Inoubliable Michel Serrault

medium_F-Serrault.jpg

Hier soir, le grand Monsieur Serrault incarnait pour la seconde fois, sur TF1, le tout aussi remarquable et touchant Monsieur Léon, grand-père grincheux et résistant discret, sous la France de Vichy. Premier hommage cathodique, ce téléfilm de Pierre Boutron avait réuni 11 millions de téléspectateurs en novembre dernier. La Une rediffuse en outre, le 15 août, l'Affaire Dominici, autre rôle marquant du comédien, signé du même réalisateur. Changement de ton, ce soir, avec l'incontournable Cage aux folles que rouvre M6.

Après l'Avare, hier, France 3 programme ce soir Nelly et Monsieur Arnaud, suivi, à 23 h 05, de Serrault le portrait (également sur France 5 mercredi à 13 h 35). Réalisé par Gérard Jourd'hui, ce documentaire, commenté par Serrault et son clone, évoque, non sans émotion, la carrière de ce retapeur de vieilles fermes qui confiait alors son envie de « changer encore quelques tuiles ». France 3 met aussi à l'écran, jeudi, le Viager, de Pierre Tchernia, et Garde à vue, de Claude Miller, et, vendredi, le téléfilm Un coeur oublié, de Philippe Monnier. Enfin, Arte propose, jeudi 9, les Fantômes du chapelier, magistrale adaptation du roman de Simenon par un Chabrol inspiré. Et un Serrault inusable.

L.T.-G.

29/07/2007

La peur seventies

Chaque été, France 2 diffuse l'excellente série The 70's show à une heure avancée de la nuit. Que craignent donc les programmateurs de la chaîne face à ce rendez-vous gentillet ? Pas de cadavres et de sexe... Ont-ils peur des pantalons à pattes d'eph et du mobilier orange criard ? Succès considérable outre-atlantique, cette série créée en août 1998 dépeint l'adolescence d'Eric, Donna, Michael, Steven, Jackie et Fez qui connaissent leurs premiers émois sous le regard tendre d'une mère alcoolique et d'un père sévère. Normal quoi...

L.T.-G.

"The 70's show", France 2. 1 h 10

28/07/2007

Le best of du "meilleur de..."

En mal d'inédits, la trêve estivale, comme la calendale (pour les "estrangers" ça veut dire Noël), est propice aux best of (ça veut dire "le meilleur de"). Même l'émission éponyme (Le meilleur de), donc, n'échappe pas à cette règle. Tout ça pour dire que M6 rediffuse ce soir deux des nouvelles émissions de Laurent Boyer, papa de Fréquenstar, dont le décor est l'appartement d'une célébrité.

Pourquoi les regarder ? D'abord pour le concept : un artiste (ce soir Laurent Gerra puis Florent Pagny), reçoit ses amis dans son salon, pour évoquer carrière, débuts, amitiés, top et flop. Il choisit les invités, des proches, qui l'entourent. Ensuite, les caméras plutôt discrètes, réussissent à restituer une réelle intimité et rabotent l'usitée langue de bois. Enfin pour son animateur, lui aussi très discret, qui n'apparaît même pas à l'écran; "Lolo" a compris que c'est la star qui mérite la lumière.

Voilà qui tranche avec les talk habituels où les Fogiel, Ruquier, Cauet et autre Ardisson sont au centre d'un show très huilé. Pour toutes ses raisons Le meilleur de est notre meilleur de la soirée.

L.T.-G.

"Le meilleur de...", M6. 20 h 50 et 22 h 45.

27/07/2007

La vie en rose

France 5 a beau diffuser ce soir le "concert idéal" de la Môme Piaf (sic), ce n'est pas l'immortelle interprète de La vie en rose qui m'intéresse aujourd'hui. Mais la fin programmée de Pink TV, chaîne communautaire homo. Endettée de près de 4,5 millions d'euros, la chaîne aux 110 000 abonnés est en danger depuis le mois de mars. Il y a bien eu une réduction de son personnel - 4 contre 21 en 2006 - et un allégement de sa grille des programmes, mais cela ne semble pas suffire à juguler l'hémorragie. En avril, le projet de créer un canal en clair et un autre réservé aux films X, avait été évoqué. Les actionnaires n'ont pas suivi.

On s'acheminerait plutôt vers une diffusion en clair entre 22 h et minuit suivi d'un cryptage pour les films... rose ! Survivraient alors le Débat (thème du jour "vacances gay à tout prix ?"), le Set (son talk-show phare sur l'actualité culturelle) et sans doute Le Je/Nous de Claire. Présentée par Claire Chazal, cette émission est sans doute la plus intéressante de la chaîne. La journaliste reçoit un invité (ce soir Lio) qui revient sur son passé et évoque ses projets. Rediffusions chaque soir en clair sur le canal 36 du satellite. Une touche de rose avant l'écran noir ?

L.T.-G.

"Le Je/Nous de Claire", Pink. 20 h 30.

26/07/2007

Leçon de "Desperate"

À vos cahiers de vacances, petite révision en vue d'intégrer avec tous les atouts la prochaine rentrée. À quelques semaines de l'arrivée sur Canal + de la saison 3 de Desperate Housewives, c'est M6 qui assure les cours de rattrapage chaque jeudi. C'est le moment où jamais de vous familiariser avec le monde si paisible de Wisteria Lane, ses intrigues amoureuses, ses cachotteries, ses mesquineries.

Et pour les plus bosseurs, voici un avant-goût des palpitants prochains épisodes... Jeune mariée dans la réalité, Gaby (Eva Longoria) divorce de Carlos. À l'hôpital, Susan rencontre Ian, un ténébreux british qui va devenir son amant. Nouveau venu, Orson, qui a renversé Mike, demande la main de Bree... Cette dernière accepte, non sans surprises. Julie, la fille de Susan, tombe amoureuse d'Austin, l'arrogant neveu de l'arrogante Edie. Edie qui va profiter de la perte de mémoire de Mike, au moment de son réveil après six mois de coma, pour s'attribuer un rôle imprévu. Paul purge sa peine au pénitencier de Fairview, tandis que Zach, son fils adoptif, dilapide l'argent de son héritage en vue de séduire... Gaby ! Allez, pour le reste, encore un peu de patience.

L.T.-G.

"Desperate Housewives", M6. 20 h 50.

25/07/2007

Le crime Guitry

« On voudrait, parce que je suis célèbre, que je sois un héros. Je suis coupable de ne pas en avoir été un ». Cette phrase émane de Sacha Guitry, en août 1944, lorsqu'il est conduit au dépôt du Vel d'Hiv. Soupçonné de collaboration, l'auteur patientera deux ans pour que ne soient prononcés « le non lieu et la réparation éclatante sans équivoque ». Dans la bouche de Jean-François Balmer, les mots sonnent justes, aussi précis qu'un couperet.

Cependant, L'affaire Sacha Guitry, qui retraçait ce pan méconnu de la vie du père de Quadrille et du Roman du tricheur, manquait cruellement de rythme. Le sujet était pourtant intéressant : le parcours d'un homme incarcéré pour avoir continué à travailler dans son théâtre et à vivre dans le luxe - filleul du tsar de Russie Alexandre III, il est fortuné -. Brisé à l'aube de ses soixante ans par les rancoeurs et les jalousies d'ennemis de toujours (intellectuels, journalistes...). De Drancy à la prison de Fresnes, le combat du "plus parisien des Parisiens" pour recouvrer son honneur... Et le droit d'écrire encore : « Rêver, j'en ai fait mon métier et ce n'est pas un crime ».

L.T.-G.

"L'affaire Sacha Guitry", hier soir sur France 3.

24/07/2007

Étrangleuse du Languedoc

Dieu que le texte est juste, touchant, émouvant et drôle... que l'interprétation de Danielle Darrieux, qui a reçu le Molière de la meilleure comédienne pour ce rôle de Mamie rose, est empreint d'humanité. La force d'Oscar et la Dame rose réside dans l'écriture de ce monologue dont le point de vue est celui d'un petit garçon de dix ans. Avec des mots simples, directs et tendres, il raconte sa relation avec une visiteuse médicale qui l'accompagne jusqu'à la mort. Extravagante et franche, la Dame rose s'invente un passé de catcheuse professionnelle (au doux surnom de l'Étrangleuse du Languedoc) et réussit à convaincre Oscar, en phase terminale d'une leucémie, d'écrire pendant douze jours à Dieu. Avec une astuce : une journée écoulée équivaut à dix ans. Jamais larmoyantes, ses lettres lucides parlent des tracas quotidiens, des émois et de la maladie.

Oscar va ainsi vivre son adolescence, ses premières amours avec Peggy Blue et la Chinoise - d'autres malades -, son mariage, le démon de Midi, la sagesse, la réconciliation avec ses parents, son départ... Simplement magnifique.

L.T.-G. 

"Oscar et la Dame rose", hier soir sur France 3.

22/07/2007

Ça va bien, merci

W9, la petite soeur TNT de M6, rediffuse Merci, les enfants vont bien !, saga apparue en hiver. Aussi fraîche qu'un rosé et son lit de glaçons, cette série qui fait penser à Une famille formidable, trouve davantage sa place pendant les vacances. Les histoires, qui se déroulent dans une bastide nichée dans la pinède de La Ciotat, non loin des calanques de Cassis, invitent en effet à laisser reposer ses neurones. Où est le mal, me direz-vous ? Pas de violence, non ! Juste des bons sentiments qui dégoulinent comme la confiture au petit déj'. Cousu de fil blanc mais assumé... On l'a dit : c'est les vacances !

L.T.-G

"Merci les enfants vont bien !", W9. 20 h 45

21/07/2007

Zyva, c'est Lady Zbouba !

Elles sont venues, elles sont toutes là. Brigitte la brunette qui est une blonde qui s'ignore, Lady Zbouba « la racaille » qui rêve de devenir Miss France, Clotilde la lycéenne « trop vénère » qui prépare son bac, Dominique Pipeau la politicienne qui manie aussi la langue de bois, Anne-Sophie de la Coquillette la bourgeoise grivoise qui donne des cours « d'éducation féfuelle », Myriam la maman juive de Laurent Ruquier qui prépare de bonnes boulettes, Catherine Barma la productrice hystérique et survoltée d'Ardisson et Ruquier...

Par bonheur, France 2 propose chaque soir de redécouvrir Le meilleur de Florence Foresti. Ces saynètes, captées dans les émissions On a tout essayé et On est pas couché, sont déjà cultes et éditées sur DVD. L'occasion de vérifier le sens de la formule de cette Lyonnaise d'origine, en attendant, peut-être à la rentrée, un nouveau spectacle et des collaborations télévisuelles inédites. Maman d'une petite Toni depuis le 10 juillet, l'humoriste avait mis sa carrière entre parenthèses pour se consacrer à sa maternité. Souhaitons-lui un prompt retour.

L.T.-G.

" Le meilleur de Florence Foresti ", France 2. 19 h 50.

20/07/2007

Dans les coulisses des retransmissions de France Télévisions

Le sprint derrière le petit écran

medium_f-tdf.JPGRAPPEL D'importants moyens sont mobilisés pour assurer la couverture sur le petit écran

Citadelle imprenable protégée par des remparts de semi-remorques, le village technique du Tour abrite 500 personnes qui exercent dans une centaine de corps de métier. Techniciens, assistants de production, chauffeurs, régisseurs, journalistes, consultants, cuisiniers... Ils sont les sprinters de la retransmission télé assurée pour l'Hexagone et l'Europe par France Télévisions.

Le dispositif, pharaonique, est à la hauteur de l'événement. Deux hélicoptères équipés de wescam assurent les plans aériens, cinq motos-images suivent la course au plus près du peloton et une caméra embarquée capte les réactions d'un directeur sportif. « Cette dernière apporte un peu de son et restitue l'ambiance », souligne Florent Houzot, rédacteur en chef.

À l'arrivée, onze autres caméras sont dévouées au podium et aux réactions. La SFP achemine les ondes transmises par un hélico et un avion relais. Sur les épreuves de montagne, quand un vol plus en hauteur est nécessaire, on utilise un avion pressurisé.

Au total, dix-neuf sources d'images et autant de matière première que le réalisateur Jean-Maurice Ooghe, dont c'est le 11e Tour, mélange dans son car régi. Il gère avec calme et précision les trois heures de direct quotidien et les émissions (Vélo-Club, Les marches, Stade 2 ). Rodé à l'exercice, il se connaît un talon d'Achille : « Quand la technique ne marche pas bien », quand il n'a plus les moyens « de raconter l'histoire de la course, comme ce fut le cas à Tignes ».

Les avancées technologiques et l'avènement de la Haute résolution, n'ont hélas pas fait cesser les fameux impondérables du direct. « Nous ne sommes pas dans un lieu fermé avec des caméras fixes et des fils... Le terrain de jeu est immense et la liaison passe par satellite. L'autre contrainte, c'est le ravitaillement des hélicos et des motos... ».

Cela ne vous aura pas échappé, le parcours est à présent jalonné de reportages qui éclairent notre patrimoine culturel. « La phrase va vous sembler bateau, mais le Tour de France c'est aussi le tour de la France. Alors on a repéré chaque étape au mois de janvier et filmé l'intérieur des monuments en mai. » Aux journalistes de donner du sens à ce flot d'images. Dans le car production, Gérard Holtz lance les thèmes du Vélo-club. Appliqué, il choisit jusqu'à la musique de certains reportages. C'est aussi l'heure des paris avec ses collègues Thierry Adam et Laurent Fignon, les commentateurs-marathoniens.

Le baptême du feu de "Titi" Adam, voix vedette pour la première année, a plutôt bonne presse. « Je sais que tout n'est pas parfait, que j'ai des progrès à accomplir pour faire monter la mayonnaise. J'espère un jour être aussi bon que Patrick Chêne, mon idole.

J'ai été onze ans sur une moto, alors c'est un peu frustrant d'être enfermé dans une cabine. Enfin, j'aime que rien ne soit prévu. » Autre vieux routard, le motard Philippe Dupeyrat, 14 Tour à son actif. « À la longue, on entre dans un petit monde fermé. Vous savez, on a les mêmes soucis que les coureurs, notamment le climat, alors ça rapproche. » « J'adore cette ambiance qui fait penser à une grande colo », résume Véronique, maquilleuse de plateau. Justement quand tout s'arrête ? « On ne peut pas parler de coup de blues, mais la cassure de rythme est brutale », concède Jean-Maurice Ooghe.

De Marseille, Loïc TORINO-GILLES

***---***---***

3 QUESTIONS A... Daniel BILALIAN Patron du service des sports de France Télévisions « Un pan du patrimoine »

 

medium_F-bilalian.jpgLe Tour n'est pas qu'une épreuve sportive ?

Non, c'est un morceau du patrimoine Français. C'est pour cela qu'on a accentué le côté "visite de la France" et que cette année on a filmé les monuments depuis le sol. Le Tour est aussi un spectacle gratuit ! C'est le sport qui vient au public.

Les audiences se redressent. Comment s'explique l'érosion de 2006 ?

Elle n'est pas uniquement liée aux affaires de dopage. La première semaine, on a subi la concurrence de la Coupe du monde de foot ; la seconde, celle de l'"Affaire Zidane". Cette année, personne ne phagocyte la course, on est plus dans la normalité. Et il y a du suspense quant au vainqueur du Tour.

Vous regrettez la décision de la télé allemande de ne plus diffuser la course ?

C'est triste pour le cyclisme allemand. A France Télé, nous avons une position de confiance avec ASO, qui veut rendre la compétition la plus propre possible. Le renvoi des six prétendants à la victoire en 2006, en est une belle illustration.

Propos recueillis par L.T.-G.

***---***---*** 

Rire jaune.- A Marseille, Fabien Ontoniente, qui tourne Camping tour, des saynètes diffusées après le Vélo-Club, était un peu agacé. « Dans un épisode je parle du dopage ; mes personnages - Dubosc et plusieurs acteurs de Camping - se dopent au... Ricard ! C'est plutôt drôle mais ça ne fait pas rire tout le monde ici. J'aime le Tour, mais parfois la rigidité accentue le problème... »

Langue des signes.- « Pas de grands gestes pour une fois ! » Philippe Dupeyrat, motard du Tour depuis 14 ans, s'en étonne presque. « Quand on filme en tête du peloton, il faut être au moins à 20 mètres des coureurs, car il se produit un phénomène d'aspiration. Si on ne respecte pas cette règle, les modérateurs nous le font comprendre... avec des signes », qui prennent de l'amplitude en fonction de l'énervement.

SFP en or.- Les qualités techniques de la SFP en matière de retransmissions HF (sans fil) sont reconnues dans le monde entier. La société a d'ailleurs été sélectionnée par le CIO pour assurer celle des JO de Pékin en 2008. Voila une première médaille d'Or pour la France.