Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/09/2007

Eldorado

Nip/Tuck, Six feet under, 24, Weeds, Sex and the city, Lost, Alias, The Sopranos, Desperate Housewives... Ces séries mondialement connues sont-elles concur- rentes ou complémentaires de l'industrie du cinéma ? Vaste question, éclairée avec intérêt par Didier Allouch dans un documentaire diffusé hier sur Canal. On découvrait l'engouement hollywoodien, temple du septième art, qui déroule son tapis rouge aux stars du petit écran. Sur son boulevard, les affiches des séries supplantent celles des longs métrages. Car les séries rapportent et les producteurs l'ont bien compris. D'où des budgets colossaux : 11 millions de dollars pour le pilote de Lost, 3 M pour un épisode des Desperate, 2 M pour Prison Break... C'est deux fois plus que pour le film Réservoir dog de Tarantino. Les séries sont aussi un moyen d'aller plus loin, de creuser la noirceur des personnages, notamment sur les chaînes payantes HBO et Showtime, qui échappent à la censure américaine. Un nouvel Eldorado qui a encore de beaux jours...

L.T.-G.

"L'autre Hollywood", Canal +, hier soir.

Les commentaires sont fermés.