Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/10/2007

Tous en boîte

Prenez des vitamines ! Le jeu lancé lundi par Gulli est totalement azimuté. La chaîne jeunesse leader de la TNT invite parents et enfants à faire marcher méninges, logique et agilité. Deux familles s’affrontent dans un esprit bon enfant. On s’échauffe avec un quiz du style : "Quels sont les cinq mois de l’année qui ne contiennent pas 31 jours ?" ou "Quelle est l’expression préférée de Titeuf ?". Viennent ensuite les épreuves ludo-sportives, comme la pêche aux "Zanimaux" ou le slalom à ski en tandem. Les enfants les plus valeureux pénètrent dans la boîte, toute noire, guidés par un parent. A la clef, des week-ends dans un club de vacances. Et une bonne tranche de rigolade.

L.T.-G.

"In ze boîte", Gulli. 19 h 40

30/10/2007

Marc Ruchmann, attention talent

055af06f484baa699523158eeb59ab7a.jpgDe la comédie au drame. Marc Ruchmann est ce soir dans Ali Baba, avant d’incarner un soldat témoin du génocide rwandais sur Canal +
Il est, ce soir encore, plongé au cœur d’une intrigue amoureuse dans le réussi Ali Baba de Pierre Aknine, sur TF1. Avant cela, il a incarné avec conviction le sombre Olivier Costa, dans Fort comme un homme, fiction autour du rugby signée Stéphane Giusti pour Arte. On le retrouvera prochainement sur France 2 dans Adrien et sur Canal dans Opération Turquoise.
Un rôle évidemment très différent de celui de Slimann, qu’il joue ce soir. Tourné au Rwanda par Alain Tasma, Opération Turquoise revient sur l’engagement militaire français pendant le génocide de 1994.Un hommage rendu aux 800 000 victimes, avec la participation d’une centaine de figurants locaux.

"Cette histoire récente est encore très présente là-bas. On avait la sensation de faire revivre à la population rwandaise son cauchemar… , se souvient-il avec émotion. Dans ce téléfilm, je suis quartier-maître dans une unité d’élite de l’armée. Le jour de mon mariage, mon beau-père m’apprend qu’on part au Rwanda le lendemain. C’est ma première mission : j’y vais pour apporter la paix, pour agir, et je me rends compte qu’on attend les ordres de supérieurs qui ne sont pas sur le terrain. C’est une désillusion terrible. Le genre d’expérience qui vous fait évoluer un comédien de 26 ans.

Son palier de décompression ? La musique ! Vous pensiez peut-être qu’avec son gracieux minois il composait des mélodies faciles à la guitare ? Du tout. Marc fait du rap avec deux amis d’enfance et, plus étonnant, va partir en Thaïlande, au Cambodge et en Malaisie pour conduire un projet expérimental. "C’est de la musique improvisée avec Siegfried, qui est aussi réalisateur (Sansa, avec Rochdy Zem). Il joue du violoncelle et je l’accompagne au beat box ».

Ce gars-là a du talent, qu’on vous dit !

Loïc TORINO-GILLES

"Ali Baba", ce soir 20 h 50 sur TF1.

Filmographie
 - 2003, 5 x 2 de François Ozon pour le cinéma.
- 2006 Fort comme un homme de Stéphane Giusti (TV). Prix de Meilleur espoir masculin au Festival de Luchon.
- 2007 Ali Baba de Pierre Aknine (TV). Opération Turquoise d’Alain Tasma (TV). Adrien de Pascale Bailly (TV).

L'autre Pigalle

Il y a une vie pas forcément dissolue derrière les portes des sex-clubs de Pigalle. Une vie de famille. Aussi étonnante que la mauvaise réputation de ce "petit village" parisien. Le documentaire de Pascal Vasselin est une perle. Il a suivi pendant près d’un an les parcours croisés de figures du quartier. Piero, patron de cabaret débonnaire qui se conduit comme un véritable patriarche avec ses filles. Surtout Angie, sa préférée, qui a bien du mal à se séparer de sa bouteille. Luc, le punk squatteur a le même problème, mais un coup de foudre semble le sevrer. Il y a aussi l’attachant Badabou, transformiste de 60 ans, qui du jour au lendemain voit son cabaret fermer. Et ses souvenirs d’artiste refaire surface avec nostalgie.

On trouve encore un portier, ancien voleur de voitures repenti, fier d’être bientôt papa… Et des parents d’élèves qui s’engagent avec conviction pour aider des familles sans-papiers à être régularisées.

Cette intelligente vision de ces Pigalle juxtaposés est rediffusée dans la nuit de jeudi à vendredi à 3 h 45.

L.T.-G.

"Pigalle", France 3. Hier

29/10/2007

Jugnot ouvre la caverne d'Ali Baba

da25ddad3c4472ccaea1152f07d3b7d0.jpgGérard Jugnot, Michèle Bernier, Jean Benguigui, Saïda Jawad, Marc Ruchmann et Leïla Bekhti sont à l’affiche d’Ali Baba, diffusé ce soir et demain sur TF1
"Ma vie ressemble à cela : un petit bonhomme à qui il arrive des choses extraordinaires. Je suis épaté. On n’a pas fait de la téloche, mais un film pour la télé." Gérard Jugnot avait encore des étoiles plein les yeux en découvrant les images d’Ali Baba, proposées lors d’une projection de presse à Paris au début du mois.
Une caverne aux mille éclats, quarante voleurs galopant dans les dunes sinueuses de l’Atlas marocain, des effets spéciaux soignés, des dialogues précis, de l’action, des cascades, de la comédie, un génie… Et même un tapis volant ! Tous les ingrédients sont réunis dans ce Bagdad luxuriant reconstitué, pour faire de cette adaptation signée Pierre Aknine, un régal pour le téléspectateur. Et un succès d’audience pour TF1.
On est à mille lieues de la version de Jacques Becker, tournée en 1954 avec Fernandel. Le scénario de Michel Delgado s’est nourri d’intrigues (amoureuses, politiques, policières), piochant d’ailleurs dans d’autres contes du même genre, pour livrer un vrai moment d’aventure.
Pas moins de 1 500 figurants ont participé au film, 25 techniciens français, 40 Marocains, une soixantaine de décorateurs, une trentaine de costumiers et des effets spéciaux "made in France".
En avril, Midi Libre s’était rendu sur le tournage d’une partie de cette grosse production (10 millions d’euros), à Marrakech. L’esprit chaleureux et la connivence entre les comédiens avaient été au rendez-vous et ce plaisir de jouer ensemble transparaît à l’écran.
"Travailler avec des comédiens comme ça, ça équivaut à 5 ans d’école, analyse Léïla Bekhti, jeune et prometteuse comédienne. Les gens les plus talentueux sont toujours les plus simples."
"Dire "Sésame ouvre-toi" et voir la caverne qui s’exécute, c’est épatant, reprend Jugnot. On croirait le coffre fort de Picsou, ça brille… "
"Ça a vraiment à voir avec le merveilleux… Ah, Bagdad a bien changé depuis Saddam Hussein",
ironise Jean Benguigui. On appelle cela la magie de la télévision.

Loïc TORINO-GILLES

ON L'A VU Magique !
La magie de l’Orient opère dans ce conte des mille et une nuits revisité avec drôlerie par Pierre Aknine. L’histoire de cette caverne enchantée, qui s’ouvre ce soir, réserve (bonnes) surprises et rebondissements. Film choral à la distribution inspirée, Ali Baba est conduit par Gérard Jugnot, enjoué, qui est un parfait bûcheron. Modeste, il place les valeurs familiales avant l’argent, et va être dépassé par la découverte du butin des 40 voleurs. Non, tout cet or ne fait pas le bonheur. Chose que son cupide frère Cassim, incarné avec verve par le très en forme Jean Benguigui, apprendra à ses dépens. Le deuxième volet, diffusé demain soir, est davantage tourné vers l’aventure et la trame amoureuse qui se tisse entre le fils d’Ali (brillant Marc Ruchmann) et une jeune esclave (tout aussi juste Léïla Behkti).
Nourri d’effets spéciaux bien léchés, Ali Baba nous fait décoller… sur un tapis volant.
L.T.-G.

28/10/2007

Eclats

L'entrée en matière est un peu poussive pour un sujet aussi intéressant, à savoir la reconstitution des préparatifs du casse du siècle. Cent millions d'euros de diamants dérobés en février 2003 à Anvers, en Belgique, capitale mondiale de la pierre meilleure amie des femmes.

Secrets d'actualité s'intéresse au gang qui a opéré et dont le scénario est digne de "Ocean's 12". La technique, imparable, a été d'infiltrer le Diamond center, un bâtiment réputé inviolable où 300 négociants de la ville stockent leurs précieuses pièces. Si le butin n'a jamais été retrouvé, le cerveau présumé du groupe, un italien, a été arrêté, jugé et incarcéré. Confondu par des ordures étrangement abandonnées dans un champ bordant une autoroute.

Ce fait est troublant. Comment un vol préparé pendant deux ans peut il se terminer ainsi ? A moins qu'il ne s'agisse d'un "sacrifice" prévu par les voleurs. Le documentaire ne creuse pas dans cette direction. Dommage.

L.T.-G.

"Secrets d'actualité", M6. 23 h

26/10/2007

Pipole or not

Les pipoles ne sont-ils qu'une marchandise ? Où s'arrête la vie privée de ces vedettes qui n'hésitent pas à instrumentaliser une certaine presse, et crient au scandale quand des photos "floues et mal cadrées" - comme on dit dans le milieu -, leur portent atteinte ?

La question n'est pas nouvelle, mais relancée par l'incident survenu mercredi soir dans l'émission de Jean-Luc Delarue. Après maintes provocations réciproques, Daniel Ducruet, l'ex-mari de la princesse monégasque Stéphanie, a perdu son sang froid et bondi sur le paparazzo Jean-Claude Elfassi. Ce langage des mains a pu être contenu par le service de sécurité de Ca se discute.

Elfassi avait déjà provoqué l'ire du comédien Guy Marchand en septembre chez Mireille Dumas. Diffusée "par souci de transparence", selon l'animateur-producteur, cette séquence se trouve facilement sur internet. Conclusion navrante de Delarue, qui s'étonne de la réaction de Ducruet. "J'ai juste divorcé et pas vu grandir mes enfants", a-t-il lancé. Sûr, ce genre de sentiments, c'est pas très pipole.

L.T.-G.

25/10/2007

Juge Alice

Le duo Delterme/Tinivelli est plutôt convainquant et complémentaire. Et la nouvelle formule en 52 minutes (en fait 46) d'Alice Nevers, apporte rythme et dynamisme, gommant au passage tout bavardage intempestif. Images léchées, ballades mélancoliques dans la langue de Shakespeare… la première chaîne continue son clonage intensif de séries américaines au succès non démenti.

Dans l'épisode de ce soir, "Cas d'école", la femme juge et son policier d'ami enquêtent dans une grande école privée, sur le meurtre d'une charmante jeune fille. On croise une galerie de personnages attendus : dirlo craignant pour la réputation de son établissement, parents abasourdis, meilleure amie compatissante, petit-ami sous le choc et suspects blanc-bec à baffer.

Et cette morale bien sentie : "Les hommes ont deux cerveaux. Quand celui du bas fonctionne, on n'est pas à l'abri de connerie". Ah, le bon sens à la française est lui, inimitable !

L.T.-G.

"Alice Nevers", TF1. 21 h 40

23/10/2007

STAR AC : EXCLUSIF : Voici Maureen candidate de Montpellier

medium_F-Maureen.jpgElle s’appelle Maureen, est née le 8 janvier 1982 à Montpellier et dormira ce soir au Château de la Star Academy, à Dammarie-les-Lys en banlieue parisienne. Ils sont encore trente "étudiants" en lice, à attendre que leur sort soit dévoilé ce soir en direct sur TF1.
Maureen, 25 ans, a gagné la capitale en cours d’année "pour faire de la saisie informatique dans un cabinet d’études", nous confie la production. Elle est passionnée de soul, de jazz et de hip-hop et "a appris à jouer du piano en autodidacte". Ses influences musicales vont de Erykah Badu à Stevie Wonder en passant par Mc Solaar, Jamiroquaï, Finley Quaye, Amy Winehouse, Lenny Kravitz. "C’est une candidate qui devrait aller très loin dans ces quatre mois d’aventure", pense un proche de l’émission.
C’est donc reparti pour une septième édition entièrement remaniée, "ouverte à des influences musicales plus larges, comme le R’n’B", souligne Alexia Laroche-Jourbert, directrice du Château. Bien qu’enceinte, elle rempile mais sera remplacée par la redoutable Raphaëlle Richie, au moment de donner naissance à sa petite fille.
Grande nouveauté : l’éducation à la carte. Il y aura des cours obligatoires (le chant), mais d’autres optionnels, tels le jazz, le slam, la danse, la création musicale, l’improvisation… pour coller au plus près de la personnalité des star-académiciens. Autre révolution : les professeurs n’auront plus à sauver un élève sur le prime. Cette lourde tâche reviendra au jury composé de Pascal Nègre, patron d’Universal, d’Yvan Cassar, arrangeur notamment des concerts de Mylène Farmer, et du rappeur Passi. Cette méthode met aussi un terme (hélas) aux petits arrangements entre candidats… Outre la participation de Kamel Ouali et l’arrivée de Dj Abdel, l’immuable Nikos Aliagas sera aux manettes.

Côté dotation, la directrice précise "qu’il y aura bien 1 million d’euros", mais que cette somme sera échelonnée.

Démarrage ce soir, avec Céline Dion et Kylie Minogue, les marraines.

Loïc TORINO-GILLES

"Star Ac' 7", TF1. 20 h 50

22/10/2007

Des Moot-Moot pas si bêêêêtes

Irrévérencieux. Les Moot-Moot, imaginés, écrits et doublés par Eric & Ramzy, le sont. Cette famille de moutons complètement déjantée a débarquée hier soir sur Canal. Ce dessin animé dont l'humour trash et scatologique fait évidemment penser aux vilains garnements de South Park, reviendra chaque semaine en clair.

A sa tête, Bernard, chef d'une entreprise de gazon, véritable despote avec ses employés. Mais à la bergerie, c'est Berthe, son épouse mannequin et alcoolique (bière et white spirit), qui porte la culotte en laine. Ajoutez deux mioches, une fille et un garçon. Michel, 14 ans, dont l'ambition est de terminer le niveau 4 d'un jeu vidéo. Et Zinédina, 7 ans mais 18 ans dans sa tête, qui a hâte d'avoir son appart.

Avec leurs amis (Fred sans Omar, Michael Youn, Grand Corps Malade, Diam's, Elie Semoun...), ils dézinguent à leur manière le racisme, le chômage à 50 ans, la religion, les émeutes en banlieue… Loin d'être bêêête.

L.T.-G.

 "Moot-Moot", C+. Le dimanche à 20 h 15 (en clair)

20/10/2007

Guitry-scope

Le 24 juillet dernier, France 3 commémorait déjà le cinquantenaire de la mort de Sacha Guitry en diffusant un documentaire -L’affaire Guitry-, retraçant la période "noire", au moment où il est conduit au dépôt du Vel d'Hiv, soupçonné de collaboration. Jean-François Balmer incarnait l’auteur blessé avec beaucoup de justesse, mais le programme manquait cruellement de rythme. Mêmes conclusions, hélas, pour le 52 minutes diffusé ce soir.

Lenteurs encore dans le récit imagé et illustré (extraits de films, interview du Maître), conduit par Guillaume Gallienne, jeune sociétaire de la Comédie Française. Le propos est pourtant intéressant puisqu’il s’agit d’appréhender le rapport quasi conflictuel que l’auteur de Quadrille entretient avec le cinéma. Lui qui considéra longtemps le septième art comme « du théâtre en conserve », ne sera jamais reconnu en tant que réalisateur.

Malgré tous ses efforts, ce documentaire qui tente de réhabiliter "ce faux désinvolte", n’y arrive que tièdement.

L.T.-G.

"Guitry et le cinéma, un amour masqué", France 3. 23 h