Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/05/2007

Propos de campagne

Voilà, les Français ont choisi. La campagne présidentielle, commencée bien tôt, s’est achevée hier soir. Et déjà Serge Moati ressuscite sur France 3 (20 h 55), cette Prise de l’Élysée. Le cinéaste a filmé pendant quatre mois les principaux candidats : Sarkozy, Royal, Bayrou et Le Pen. Au gré des déplacements et des meetings, les caméras se sont attachées à livrer l’intime, le décalé et le non officiel, qui ont jalonné cette course effrénée.

Des moments ponctués de petites phrases succulentes. Comme le "Bonjour à tous, comme vous le voyez Le Pen est toujours vivant", du président du FN. Ou le "Je suis sûr de ce que je fais. Tu verras quand tu seras à ma place…" de François Bayrou, à son directeur de campagne… Plus violent, le conseil de Vincent Peillon à Ségolène Royal : "Il faut que tu tapes beaucoup plus fort l’adversaire". Sans oublier le presque culte "J’ai changé", de Nicolas Sarkozy, confessé le jour de son intronisation…

Ah, un beau roman que cette présidentielle. On rêve même d’une saga de l’été.

L.T.-G.

"La prise de l'Élysée", France 3. 07.05.07

05/05/2007

Trafalgar

On est d’abord surpris par ces images un peu froides, que l’on croirait sorties d’un jeu vidéo. Des images de synthèse dans lesquelles jouent de véritables comédiens… Mais le parti pris d’Arte pour Trafalgar, docu-fiction présenté ce soir, s’avère payant. Des couleurs inspirées des œuvres de peintres de la marine royale et impériale du début XIXe, pour retracer avec précision la dernière grande bataille navale à voile de l’histoire. Une victoire mythique pour les Anglais ; la pire des défaites pour la France de Napoléon.
On suit le récit de l’amiral Villeneuve, qui après six ans de captivité, revient sur son incroyable déclin : l’affrontement sanguinaire de 60 vaisseaux, 35 000 hommes et plus de 5000 canons. On assiste à la reconstitution du camp de Boulogne-sur-Mer, une gigantesque place militaire.
Cette épopée est éclairée par des historiens (dont un directeur de recherches maritimes et un historien de la marine), qui interviennent directement dans les scènes de bataille. Une belle production qui en annonce deux autres (Actium et Salamine, également des batailles). Arte a fait fort.
L.T.-G.

"Trafalgar", Arte. 05.05.07

03/05/2007

Gad Elmaleh story

De Londres à Casablanca sa ville natale, de Marseille à Paris, de Jérusalem à Miami, de Lille à Los Angeles… De chambres d'hôtel en salles de sports, de loges en plateaux de télévision, Aurélie Condou a suivi l'intimité de Gad Elmaleh pendant un an.

Douze mois d'une tournée internationale - L'autre c'est moi -, dont le documentaire inédit était diffusé hier soir sur M6. C'est justement cet autre, qui se cache derrière ce marocain au regard azur toujours prêt à "rigouler", qui sortait de l'ombre.

Ce clown rarement triste, perfectionniste au possible, prouve qu'il est un artiste complet : musicien dans l'âme, pro de l'impro… On le découvrait aussi grimé en Charlier Chaplin ou Buster Keaton - monstres sacrés qu'il admire -, à l'occasion d'une séance photos. Pudique, Gad se laissait alors aller à des moments de blues, de doutes, de trac…

Et d'émotion aussi, lorsque le Ministre de la culture le fait Chevalier des arts et lettres ou qu'il fête l'anniversaire de son papa sur scène, à New York. Avec tout ça, on ne peut que l'aimer davantage.

L.T.-G.

"Un an avec Gad", M6. 02.05.07

28/04/2007

Serrault intime

"La culture des comédiens, c'est la curiosité et les souvenirs" et des souvenirs, Michel Serrault va en livrer pendant près de deux heures, ce soir sur France 3, dans un portrait réalisé par Gérard Jourd'hui. Dans un "double Je", il revient avec modestie sur les moments forts de sa carrière. Poiret, bien sûr, avec lequel il songeait à ouvrir un théâtre ; son enfance ; sur une époque où "le cinéma se faisait à la bonne franquette" ; quand Clouzot lui disait de "mouiller le texte". Lui qui a toujours cherché derrière les mots une pensée enfouie, est dans ce documentaire fidèle à son image. Imbibé de succès populaires, au théâtre, au cinéma, à la télé, nourri de prix de la profession (deux César), lui, le retapeur de vieilles fermes, auréolé pour l'occasion du mérite agricole, son "Oscar" à lui, Serrault avoue que dans sa carrière, il a encore "des tuiles à changer". Non, ce portrait ne l'enterrera pas trop vite.

L.T.-G.

"Serrault, le portrait", France 3. 28.04.07

27/04/2007

Mes papas

Un ventre bien rond. Un accouchement. Mais les bras tendus de deux pères. Ces trois images fortes ouvrent le documentaire Deux papas à Manhattan, proposé ce soir à 23 h 25 sur France 3 dans le cadre de l’émission La vie comme un roman. Il y est question d’homoparentalité, un terme entré récemment dans le dictionnaire mais grand absent des lois.
Tim et Peter vivent dans la banlieue chic de New York. Ils sont parents de Lili et Béa, deux jumelles aujourd’hui âgées de deux ans, fécondées par leur sperme grâce à une mère porteuse.
Retour sur ce périple long de trois ans, autorisé dans seulement deux états d’Amérique (La Californie et le Connecticut) ; illégal en France. Un parcours retracé par les témoignages sans ambages des principaux intéressés et les ressentis des amis, des grands-parents et de la mère biologique. Au final, un regard neuf sur les rôles tenus dans les familles modernes. Sans porter de jugement, ce documentaire plutôt bien construit raconte une vie presque banale ; ordinaire…

L.T.-G.

"La vie comme un roman", France 3. 27.04.07

24/04/2007

Nassima

Le comédien Lorant Deutsh a raison. Nassima est d’utilité publique. Ajoutons qu’elle devrait être remboursée par la sécu ! Qui est Nassima ? Une anonyme sortie de l’ombre mardi dernier sur le plateau de T’empêches tout le monde de dormir (M6). Une jeune femme aux rondeurs avantageuses, qui était sagement assise dans le public du talk show de Marc-Olivier Fogiel, avant que son rire indescriptible (« un zoo à elle toute seule », pour reprendre l’expression de Dominique Farrugia), vienne perturber l’émission. Un rire si exceptionnel, qu’il a déclenché un fou rire général long de plus de dix minutes... Allant même jusqu’à arracher - belle prouesse - d’épaisses larmes à l’animateur et provoquer une standing ovation.
Cet événement a aussi "sauvé" Christophe Willem, la tortue préférée des Français, un peu embarrassé par les questions de Fogiel. Alors pourquoi relater cet événement une semaine après ? Parce que Marc-O. recevra Nassima ce soir, autour de la table des invités, cette fois-ci. Une occasion de découvrir cette incroyable force de la nature.

L.T.-G.

"T'empêches tout le monde de dormir", M6. 24.04.07

23/04/2007

Héritiers

Avec Arménie, l'autre visage d'une diaspora, Marie-Claire Margossian ouvre ce soir sur France 5 (21 h 40), un album de souvenirs. L'histoire de l'héritage de descendants de ce territoire grand comme la Bretagne, dans lequel vivent 3 millions d'Arméniens. Autant que les "dispersés" qui sont nés en France, en Argentine, aux Etats-Unis ou au Canada. Intégrés depuis quatre générations, le chanteur Charles Aznavour, le compositeur Michel Legrand, le musicien André Manoukian, le président d'Alcatel Serge Tchuruk ou Valérie Toranian, directrice de la rédaction du magazine Elle - pour les plus connus -, revendiquent l'attachement à leurs racines et avouent ce paradoxe : « Comment nous sentons-nous arméniens sans avoir jamais vécu en Arménie ».
Du génocide arménien de 1915, au terrible tremblement de terre de décembre 1988 qui a fait 25 000 morts, la souffrance est souvent présente.
Jamais ennuyeux, ce documentaire bienveillant s'écoute comme le récit d'un grand-père à son petit-fils.

L.T.-G.

"Arménie, l'autre visage d'une diaspora", France 5. 23.04.07

21/04/2007

Pom d’amour

Évidemment, une telle saga familiale a déjà fait la Une de Midi Libre. Mais aujourd’hui, c’est dans l’écran de télé que Suzette, Josy et Laure, respectivement âgées de 83, 57 et 24 ans, vont connaître leur demi-heure de gloire.
Le magazine Reportages (à 13 h 35 sur TF1), a suivi le parcours de ces trois majorettes montpelliéraines, une grand-mère, sa fille et sa petite-fille, dont la doyenne a fondé les Major’s girls en 1964. Plus précisément, dans la préparation des Championnats du monde, qu’elles tentaient pour la première fois en 2006.
Avec leurs copines tout aussi pétillantes, elles déringardisent une passion qui demande abnégation et vivent cette compétition avec une émotion.
Reportages brosse aussi le portrait des "rivales" que sont les pom-pom girls. Ces dernières, qui préfèrent les gros pompons aux longs bâtons (d’où la différence d’appellation), sont de vraies fanatiques de foot. Quand elles ne dansent pas en rythme sur la pelouse, elles vocifèrent des houras aux joueurs du FC Lens.
Autant de beauté étalée est une ode à l’amour.
L.T.-G.

"Reportages", TF1. 21.04.07

20/04/2007

La phobie Google ?

Arte pose ce soir à 22 h 15 une question passionnante : Faut-il avoir peur de Google ? C’est donc avec intérêt qu’on attend une réponse qui n’arrivera pas vraiment. Grosse déception que ce documentaire, et dans sa construction (une compilation de témoignages entrecoupée de vidéos diverses diffusées sur le net), et dans le fond.

La plus large partie s’attarde sur la création de cette start’up, dans un garage de la Silicon Valley, par des jeunes matheux à peine trentenaire. On est à peine éclairé sur le fonctionnement de ce puissant moteur de recherche qui analyse les mots, et on ne pénètre pas dans Googleplex, le siège social à San Francisco. Sur la vie de cette entreprise secrète, on ne saura que peu de chose. Il faut attendre la dernière partie pour que soit évoqué Google news, qui diffusera de l’information en temps réel, hiérarchisé par des algorithmes, et non plus par des journalistes dont c’est le métier.

Et sur le pillage de la propriété intellectuelle (notamment pour les livres), censé apporter l’instruction au plus grand nombre.

L.T.-G.

"Faut-il avoir peur de Google ?", Arte. 20.04.07

19/04/2007

Huis clos

Le reportage diffusé ce soir, à 22 h 55, sur France 2, est désarmant. L'histoire d'une fillette de 13 ans violée par un camarade de 15, fréquentant le même collège. Non pas dans une barre HLM, mais dans la France profonde. Cette Chronique de la violence ordinaire en dit long sur les rapports qu'entretiennent aujourd'hui certains garçons vis-à-vis de la gent féminine. Ce procès en correctionnelle, qui se tient habituellement à huis clos, a reçu l'accord exceptionnel des parties pour en livrer un cru témoignage.

On en revit chaque étape avec émotion et stupéfaction. On est interpellé par cette loi du silence qui règne, par ces attouchements répétés dans la cour du collège qui sont « des jeux… normaux » . Jusqu'à cette phrase cinglante : « Le fait qu'elle ne dise rien, qu'elle ne se débatte pas suffit » … à donner un consentement.

Impuissante justice ! Comment faire prendre conscience à ce garçon désinvolte qu'une fille n'est pas un objet ? Et comment faire tomber ce mur du silence, devenu le mausolée de la victime ?

L.T.-G.

"Infrarouge : Chronique de la violence ordinaire", France 2. 19.04.07