Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/04/2007

Chirac colère

« This is not a method, this is provocation ». Personne n’a oublié cette invective de Jacques Chirac, adressée les yeux dans les yeux et sous l’objectif des caméras, à l’inflexible Schlomo Harnoy, ancien responsable de la sécurité israélienne. Nous sommes le 22 octobre 1996. Pour son premier voyage officiel en Israël, le Chef de l’État, venu rencontrer Netanyahou, décide de faire une visite privée... à Jérusalem. Accompagné d’une importante délégation française (une centaine de journalistes), Chirac s’oppose à un service de sécurité armé omniprésent, rendu légitime, selon Avi Pazner - porte- parole du gouvernement israélien -, par le traumatisme causé par l’assassinat d’Yitzhak Rabin, un an plus tôt.
Hier dans son émission Un jour/une heure, France 2 apportait un instructif décryptage, appuyé par de nombreux témoignages. Vingt-deux secondes de colère, qui s’achèveront au sortir du Saint Sépulcre, quand Chirac, le serreur de mains, quitte le parcours officiel. Un incident frisant le diplomatique, balayé par les « regrets » de Netanyahou.

L.T.-G.

"Un jour/une heure", France 2. 15.04.07

14/04/2007

En sourdine

Commençons par un reproche. Pourquoi les émissions musicales de qualité ou les diffusions de concerts se font-elles en deuxième, voire troisième partie de soirée ? A une heure où, à moins d'habiter sur une île déserte, le niveau sonore doit être en sourdine.

L'heure de l'Opéra, consacrée ce soir à 23 h 35 au décryptage de La Traviata de Verdi, ne déroge pas à cette règle stupide. On retrouve pourtant de larges extraits sonores d'une captation enregistrée à Salzbourg en 2005, avec Anna Netrebko dans le rôle de Violetta et le ténor Rolando Villazon dans celui d'Alfredo l'amoureux.

Pendant 52 minutes, de nombreux intervenants - Natalie Dessay, Irina Brook, Jane Anderson, Ileana Cotrubas, Patrizia Cioffi, Jean-Claude Casadesus - éclairent les profanes sur cette oeuvre que l'on peut traduire par "la dévoyée". Directement inspiré de La Dame aux Camélias, d'Alexandre Dumas fils, cet opéra en trois actes serait « la synthèse du Panthéon affectif » de son compositeur ; ou l'histoire de « l'autodestruction d'une rockstar », ose la metteur en scène Irina Brook.

L.T.-G.

"L'heure de l'Opéra", France 3 - 14.04.07

13/04/2007

Rapido

"Rap, Rap... Rapido !". Vingt ans après sa création, l'émission musicale d'Antoine De Caunes, est de retour le temps d'une soirée. Canal + fête ce soir à 22 h 25, ce magazine qui est devenu culte en deux cents numéros. Flash back sur ce "gratin gratiné" du show biz pendant quatre-vingts minutes. L'animateur reprend du service devant le même décor "pourri".

Des Pink Floyd sur la Place Rouge, aux Rolling Stones à Prague, en passant par le camouflet d'Iggy Pop face à la censure américaine, le premier magnéto s'attarde sur les phénomènes politiques vus par les rockers.

Ensuite se succèdent une nuée d'images passionnantes qui vont des années sida, au festival des travestis Wigstock, de l'émergence du rap "qui ne devait durer qu'une saison" aux amazones (Madonna la "salope féministe"), Manu Chao, Lio, Indochine, Niagara, Vanessa Paradis... Jusqu'à Paul Mac Cartney gratouillant "happy birthday" à notre Antoine De Caunes ému...

Rapido, c'est passé trop vite.

L.T.-G.

"Les années rapido" - Canal + - 13.04.07

 

10/04/2007

Quand l’Homo Sapiens faisait naître les premières civilisations

medium_f-sacre.2.jpgD O C U - F I C T I O N 

Le Sacre de l’homme, ce soir sur France 2, est le dernier volet de L’Odyssée de l’espèce

Revoilà l’Homo Sapiens, douze mille ans après s’être sédentarisé, avoir domestiqué le loup et inventé l’agriculture. Des derniers nomades chasseurs-cueilleurs aux premiers hommes vivant dans un état structuré, France 2 retrace ce soir Le Sacre de l’homme.

Il s’agit du troisième volet du cycle de l’aventure de nos origines, initié par Jacques Malaterre en 2003 avec L’Odyssée de l’espèce puis Homo Sapiens, deux ans plus tard. Avec un talent certain, le réalisateur reprend la caméra pour ce docu-fiction événement, qui se décompose en quatre volets : de 12 000 à 2 300 ans avant notre ère.

Après avoir développé son corps dans L’Odyssée de l’espèce et découvert le monde dans Homo Sapiens, l’homme pose à présent les fondations des premières civilisations. Il s’installe dans les premiers villages, développe encore l’agriculture, découvre l’irrigation, l’élevage, le commerce, les religions, la roue, la métallurgie, l’écriture, l’architecture…

Il se heurte aussi aux premières quêtes de pouvoir, à l’esprit de propriété, aux guerres et aux épidémies, pour finalement construire une société proche de la nôtre. Un peu avant 3 000 ans avant notre ère, les Sumériens inventent l’écriture : des comptes tenus par des bureaucrates du palais des temples. Ainsi, en 8 000 ans, la population de la planète va passer de trois millions à cent millions d’habitants.

Emmené par la voix du comédien Thierry Frémont, Le Sacre de l’homme a coûté 4,5 millions d’euros, sera diffusé dans 20 pays et a nécessité 40 jours de tournage, en Tunisie. De Hammam Bourguiba, à la frontière algérienne, à Douz, dans le désert sud tunisien, en passant par Bizerte, Monastir et Zraoua, ce sont quelque 130 techniciens qui ont encadré les 42 comédiens et les 2 000 figurants du téléfilm.

Trois mois de travail ont été nécessaires pour la construction du décor ; autant pour la création des costumes et des accessoires. Plusieurs extérieurs en 3D ont dû être reconstitués.

Pour aller plus loin. Ce docu-fiction didactique de cent cinq minutes, est suivi par la diffusion de son making-of (22 h 35), pour découvrir de façon originale (commenté par un Homo Sapiens !) l’envers du décor. France 5 proposera prochainement une série de documentaires de trois heures. Archéologues, anthropologues, géographes, chercheurs décrypteront cette période. Enfin plusieurs livres viennent de paraître chez Flammarion. ●

Loïc TORINO-GILLES

◗ "Le Sacre de l'homme" - France 2, 10.04.07.

Sortie du DVD demain (FTD distr.)

06/04/2007

À Dubaï

Bienvenue dans la Mecque business. Thalassa consacre ce soir sur France 3, une émission spéciale à Dubaï, ville tentaculaire des Émirats Arabes Unis, à l'instar de ce qu'elle avait fait pour Saint- Pétersbourg, Sydney et New York. Six reportages sont au menu. Le premier - Palm Islands, les îles mirages -, revient sur le projet pharaonique de construction, gagnée sur la mer, d'îles artificielles en forme de palmier. Au total, 2 500 maisons et autant d'appartements seront livrés, après deux ans de retard, dans quelques semaines. Le prix moyen pour un petit 500 m2 se négocie 650 000 €. Pas de quoi décourager la clientèle ultra fortunée qui s'y bouscule.

Revers de cette île de la tentation, un véritable drame écologique que les discours officiels tentent de minimiser. L'appât du rêve attire près de 50 000 travailleurs étrangers, ouvriers du bâtiment, qui se relaient jour et nuit. A la merci d'employeurs peu scrupuleux, ces Pakistanais, Tibétains, Chinois ou Indiens se voient confisquer leurs papiers d'identité. Leur seul recours pour échapper à cette spirale infernale est radical : le suicide. Voilà qui casse le rêve.

L.T.-G.

Thalassa "Dubaï" - France 3 - 6.04.07

02/04/2007

Un poids

La vie suspendue à un fil, Alain, 207 kilos, risque de faire un arrêt cardiaque. Atteint d'obésité mortelle, il est depuis plusieurs mois cloué sur un fauteuil roulant. Dans son village où il déploie des trésors de gentillesse pour se faire aimer, il se heurte à des regards inquisiteurs, à des moqueries. "Pour les gens, si je suis comme ça c'est de ma faute." A 58 ans, Alain va tenter l'opération de la dernière chance; celle qui lui permettra de se relever.

France 3 ouvre ce soir son antenne à l'obésité, fléau qui touche 8 millions de Français, en diffusant le reportage Le poids de la souffrance. Pendant plusieurs mois, les caméras ont suivi le quotidien pudique et courageux d'Alain, Nathalie, Agnès et Jessica. Si certains ont recourt à la chirurgie, d'autres se rendent en cure pour tenter de retrouver une vie "normale". Le plus difficile étant de trouver les causes nées de blessures secrètes. Si certains s'assument en apprivoisant leur corps, ils ne guérissent pas pour autant. Même spectaculaire, la perte de poids ne règle pas tout : "On est toujours gros dans sa tête".

L.T.-G.

"Le poids de l'obésité" - France 3 - 2 avril 2007

29/03/2007

Goa

Marie Drucker a ouvert, hier soir sur France 3, une enrichissante fenêtre sur le Portugal. Consacré à l'héritage de ce pays situé à l'ouest de la Péninsule ibérique, le magazine Des racines & des ailes racontait en préambule l'histoire du roi Manuel. De la découverte des Indes à celle du Brésil, Manuel Ier surnommé "le fortuné", donna son lustre à Lisbonne en conduisant une politique de grands travaux. On lui doit le gigantesque monastère des Jeronimos et la tour de Belem.

De Pinhão à Porto, on sillonne ensuite la vallée du Douro. Classée au patrimoine mondial de l'Unesco, elle accueille la plus ancienne appellation d'origine contrôlée pour ses vins.

On fait enfin une escale à Goa, au sud de Bombay. Confetti sur la carte de l'Inde, cette cité est située à 8 000 km de Lisbonne. Souvenir de 450 ans de colonialisme, un tiers de sa population y est catholique et les vestiges architecturaux y sont nombreux. On rencontre enfin Gerard da Cunha, qui se bat, comme d'autres, pour préserver l'originalité de ce territoire indien qu'on a bien envie de voir en vrai.

L.T.-G.

"Des racines & des ailes" - 28.03.07 - France 3

16/03/2007

Affiche rouge

« Nul ne semblait vous voir Français de préférence/

Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant/

Mais à l’heure du couvre-feu des doigts errants /

Avaient écrit sous vos photos "Morts pour la France"»


Difficile de trouver des mots plus justes que ceux du poète Aragon. La traque de l’affiche rouge, diffusée hier soir en deuxième partie de soirée sur France 2, traitait avec éloquence d’un épisode odieusement sombre de la seconde guerre mondiale. De la méthodique collaboration des enquêteurs de la police française et de la brigade spéciale des Renseignements généraux, qui devait aboutir à l’exécution, en février 1944, des 23 résistants étrangers, pour la plupart des juifs ou des communistes.
Ce programme très documenté (archives inédites, reconstitutions...), revenait avec précision sur la création et la chute de ce réseau de résistants organisé autour de Missak Manouchian.
Hazard de l’acutalité, on ne pouvait s’empêcher d’avoir une pensée émue pour la grande Résistante qui vient de nous quitter. Ce documentaire méritait d’être diffusé à 20 h 50 et devrait être présenté dans les collèges.

L.T.-G.

"La traque de l'affiche rouge" - France 2 - 15/3/07 22h15

14/03/2007

Adjugé !

Il vous faudra être aussi passionnés que les chineurs qui sont à l’honneur du magazine Des racines et des ailes. Les parcours croisés, réalisés par Stéphane Bentura, pour Capa, sont bavards. On s’ennuie un peu avec Henri, brocanteur à Cholet, qui parcourt chaque année 60 000 km et n’hésite pas à aller à Bali pour dénicher des meubles « au goût des clients ».
Deux points néanmoins retiennent l’attention. La gigantesque collection, sur 3 000 m2, de meubles pop datant des années 70, accumulée par Benoît. Dire qu’à l’époque personne ne voulait de ces objets en "plastoc"… Ils entrent aujourd’hui, et pour la première fois, dans le Panthéon qu’est la Biennale des antiquaires.
Ensuite, la timide contre-attaque des commissaires-priseurs, qui se lancent dans les nouvelles technologies. Certes, dans leur salle de vente virtuelle, il n’y a pas l’âme et le coup de marteau qui font l’ambiance d’une vente aux enchères mais, sur leur site, ils garantissent la provenance et la véracité des objets mis en vente. Leur affaire, c’est pas du toc.

L.T.-G.

"Des racines et des ailes" - France 3 - 14.03.2007

 

13/03/2007

Psychotropes

Le premier reportage de Faites passer l’info, nouveau magazine de société de Canal +, fait froid dans le dos. Consacré aux Français qui conduisent sous l’empire de médicaments, il débute par un fait divers de 1998 resté discret. Ce soir de liesse où la France célèbre sa victoire en Coupe du monde de foot, une institutrice dépressive, qui avait abusé de psychotropes, fauche un cortège de piétons sur les Champs Élysées. Bilan : 1 mort et 150 blessés.
Preuve que le cocktail antidépresseurs/somnifères ne fait pas bon ménage avec la sécurité routière, l’équipe a suivi un gardien de prison, également soigné pour dépression, qui a conscience que sa conduite s’apparente à celle d’un automobiliste en état d’ébriété.

A une nuance près, et contrairement à ce qui se pratique en Belgique ou aux Pays-Bas, il n’est pas interdit de prendre le volant quand on consomme des médicaments. En France, le législateur n’a jamais pu trancher la question. Plus troublant, selon certaines sources, les médicaments seraient impliqués dans 230 accidents mortels chaque année. Autant que le cannabis.

L.T.-G.

"Faites passer l'info" - Canal + - 13 03 2007