Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/07/2007

Magasinage

Pas de soldes dans la Boutique de Michelle & Michel qui ouvre ce soir sur M6. Mais des idées de génie plein les étals. Le "four-tout" pour faire cuire un lapin vivant en 4 secondes ; le gant soulève-tout pour porter une poutre (on fait ça tous les jours) d’un seul doigt ; la ramolo bombe pour passer vos agresseurs sur le mode ralenti ; le détecteur de sépultures pour retrouver un défunt perdu de vue ; la combi anti-canicule pour faire du sport au frais ; le waterphone pour rester joignable lors de séances d’aquagym... entre autres objets complètement insolites (fusil à pêche, pschitt de Babel, corde à sauter wifi, dancing shoes…), hélas, irréels !

Car on craquerait volontiers pour ces babioles que présentent les hystériques animateurs. Ce nouveau programme court (1’30), diffusé chaque soir, à 20 h 40, est une parodie cinglante des émissions de télé-achat au concept bien huilé, où la force est justement de rendre indispensables des objets dont nous n’avons nul besoin… Passez donc dans cette boutique aussi rafraîchissante qu’une clim.

L.T.-G.

"La Boutique de Michelle & Michel", M6. 20h40

30/06/2007

24 et Heroes

Les fans assidus de séries US ne sont pas lésés ! Ce soir, TF1 diffuse tout d'abord les très attendus et réussis Heroes, puis la cinquième saison inédite de 24. Jack Bauer n'est pas mort. Il a secrètement refait sa vie avec Diane au fin fond d'un désert de la Californie. Un an et demi après avoir été victime d'une tentative d'assassinat, il a disparu de la circulation, se fait appeler Franck Flynn et est manoeuvre sur des chantiers.

Oubliée la CAT - cellule antiterroriste -, l'agent semble avoir tourné la page. Bauer reprend donc du service malgré lui, après le meurtre - entre autres - de David Palmer, l'ancien Président. Au même moment, Chloé et Spenser Wolff se réveillent ensemble, tandis que Michelle et Tony sont dans de très mauvais draps. Mais chut ! N'en dévoilons pas plus. Pas de doute, on ne s'ennuie pas une seconde dans cette nouvelle saison qui a littéralement cartonné aux Etats-Unis et suivra le même chemin chez nous. Consécration, elle a même été auréolée d'un Emmy Award. Belle soirée donc en perspective.

L.T.-G.

"Heroes", "24", TF1. 30.06.07

29/06/2007

Trois Languedociens à Koh-Lanta

DIVERTISSEMENT La septième édition du jeu d'aventures de TF1 démarre ce soir... Avec trois Robinson Crusoé locaux

medium_F-Koh1.jpg"Cette année, les candidats sont très compétiteurs. Par exemple, nous avons dû user d'images au ralenti pour départager le vainqueur sur une épreuve", souligne, amusé, Denis Brogniart. Pour la sixième fois (sur sept), l'animateur est le capitaine de Koh-Lanta, jeu d'aventures qui débute ce soir sur la Une. Quarante jours d'une vie de naufragé éprouvante, moralement et physiquement, sur l'île de Palawan, aux Philippines. Bien rodé, le jeu propose cependant des épreuves inédites, dont une très spectaculaire, qui utilise les roches à pic de l'archipel...

Ce n'est plus vraiment une surprise, mais trois Robinson Crusoé sont originaires de la région. Forte tête, Laurent Boudes, 34 ans, est grossiste en coquillages et jouteur du Pavois d'Or de Sète (dans l'Hérault). Petite particularité, la quasi totalité de ses propos, souvent imagés, est sous-titrée à la télé ! Bûcheron audois de 26 ans, Simon Quintilla est originaire de Lézignan-Corbières (Aude). Jeune père de famille, ce solide gaillard - 1,80 m pour 100 kilos -, est connu dans le monde de l'ovalie pour avoir joué au XIII puis au XV à Béziers. Enfin Erick Afrika, qui a épousé une Lézignanaise, vit aujourd'hui à Nîmes (Gard). Ce coach sportif de 32 ans taillé dans le roc dit avoir gagné de l'assurance en participant à l'émission.

Parmi nos "chouchous" vous allez découvrir ce soir l'incroyable Véronique. Cette conseillère financière de 50 ans, originaire de Lille, cumule catastrophe sur catastrophe mais prend le tout avec philosophie... "Nous ne prenons pas des Mac Gyver, reprend l'animateur. La force de Koh-Lanta c'est que l'on peut s'identifier aux participants. Pour réussir le jeu, il faut être ni individualiste, ni très fort dans les épreuves..."

Pas moins de 35 000 prétendants ont fait acte de candidature. Mais ils ne sont que 16 à s'être affronté en début d'année. Le tournage a duré une cinquantaine de jours. "Nous sommes revenus avec 1 800 heures d'images pour les compiler en 13 x 1 h 30 ! L'équipe technique compte 80 personnes, et, comme pour les participants, la sécurité prime", insiste Denis Brogniart. "Le plus dur pour les candidats ? Le manque de nourriture. Ce qui n'a pas été notre cas", sourit-il.

Loïc TORINO-GILLES

"Koh Lanta", TF1. 29.06.07

medium_F-Koh2.2.jpg

Épatante Nathalie Vincent

RENCONTRE L'animatrice devient comédienne et renforce les rangs de "Brigade Navarro", ce soir sur TF1

medium_F-NathVincent.jpgDîner avec Nathalie Vincent, c'est comme retrouver sa meilleure amie... On la rencontre pour la première fois mais on la connaît depuis toujours. Le courant passe immédiatement : deux bises, un toast porté, et "on se dit "tu"".

À peut-être un tournant de sa carrière bien remplie, le "petit bouchon", comme l'a longtemps appelé l'animateur Alexandre Delperrier, ne veut pas décevoir. Elle fait ce soir ses débuts de comédienne dans Brigade Navarro, version liftée après dix-huit ans d'antenne de la série de Roger Hanin.

Un rôle sérieusement préparé, avec un coach. "J'ai travaillé d'arrache-pied pour me mettre à niveau. J'ai présenté le casting et voilà, je suis devenue Sophie Vermeer, la nouvelle mulette !" Cette flic de choc "n'a peur de rien : c'est une nana qui est un peu garçon manqué. Elle s'est forgée une carapace parce que sa vie n'est pas simple : larguée par son compagnon quand il a appris qu'elle était enceinte, elle élève seule son garçon de cinq ans." Course poursuite, cascade, vous verrez, Nathalie est épatante dans ce rôle.

Cette expérience la conforte à suivre cette voie. "Sur le tournage, j'avais le sourire du matin au soir, c'était formidable. Du coup, je continue les cours dans une école, j'ai trouvé un agent et j'essaie de passer des essais." Lucide, la pétillante Lilloise au rire communicatif sait "qu'il faut s'accrocher. Parce qu'en France, on aime bien mettre des étiquettes". Et celui d'animatrice colle encore à sa jolie peau.

Actuellement à l'écran pour promouvoir le Jeu de l'été de TF1, elle est aussi régulièrement au côté de Bruno Roblès dans Incroyable mais vrai. Mais avant d'arriver sur la Une - Dechavane l'a remarquée pour Combien ça coûte ? -, la pimpante blonde a passé sept ans sur M6.

Elle a été aux commandes d'Incroyables animaux, Hors circuit et des concerts Dance Machine. Elle a ensuite été chroniqueuse sur le Hit Machine et le Morning Live... Puis elle a essuyé les plâtres de Star 6 music, émission interactive, avec Alexandre Delperrier.

Nathalie Vincent c'est aussi et surtout la casse-cou de M6 Kids, programme jeunesse qu'elle a animé pendant cinq ans. "Je crois que j'étais un peu inconsciente par moment. J'ai tout fait : parapente, chute libre, descente de tour de France de VTT à La Bourboule... Je suis souvent rentrée avec des bleus partout sur les jambes, mais chaque fois j'y allais. J'ai aussi volé avec la Patrouille de France, c'est un de mes plus beaux souvenirs".

Que de chemin parcouru depuis ses débuts sur une chaîne câblée de Lille. "À l'époque, mon souhait était de venir à Paris pour faire du théâtre... Mon emploi du temps ne me l'a pas permis. J'ai quand même fait une petite échappée sur scène, en 1999, dans une comédie musicale qui s'appelait 2000 le temps d'une nuit. J'avais le premier rôle féminin. On jouait sous chapiteau et il s'est écroulé avec la tempête le soir où toute ma famille prenait le bus pour venir me voir. C'est le grand regret de ma maman qui ne m'a pas vue jouer".

Une quarantaine de représentations ont quand même été données... "C'était magnifique, 5 000 places, il y avait des animaux, des acrobates, des musiciens, c'était grandiose, une belle aventure". Nul doute que d'autres viendront s'ajouter très vite.

À Paris, Loïc TORINO-GILLES

"Brigade Navarro" sur TF1.

 

26/06/2007

Mimi-Siku

Gros carton du box-office ce soir sur TMC. Avec plus de 8 millions d’entrées en salle, Un Indien dans la ville est l’un des succès de 1994. Mimi-Siku, 13 ans, a grandi dans la forêt amazonienne. Imaginez le contraste quand son père (Thierry Lhermitte), qui ignorait son existence, le ramène à Paris contraint et forcé par son ex-femme (Miou-Miou). Avec Maïtika sa mygale, le petit Indien débrouillard va s’émerveiller et faire les 400 coups dans "ce grand village". Entre deux tirs de pigeons avec sa sarbacane et une escalade de la Tour Eiffel, il mangera un peu de nourriture pour chat.
Treize ans plus tard, Mimi-Siku (Ludwig Briand de son vrai nom), le petit « sauvage », a tourné la page cinéma. La notoriété ? Pas son truc, confessait-il au magazine Entrevue en 2006. Aujourd’hui, il préfère jouer discrètement dans des troupes de théâtre amateur (Les acteurs du dimanche, La troupe du jeudi). Après avoir réussi sa maîtrise de droit, l’Indien au trip écolo est devenu… agent immobilier. Avouez que c’est moins glamour que chef de tribu. Las, la vie n’est pas du cinéma.

L.T.-G.

"Un Indien dans la ville", TMC. 26.06.07

21/06/2007

Stéphane Tapie : « En faire plus »

ENTRETIEN Le "fils de" joue au côté de son père dans Commissaire Valence, ce soir sur TF1

medium_F-tapie.2.jpg

Comment passe-t-on de l'animateur-producteur reconnu au comédien ?

C'est de la faute de Takis Candilis, patron des fictions de TF1. Il voulait que je passe les castings au moment où un "mulet" quittait la série. J'ai dit "OK", mais sans dire mon nom à la production et en faisant des essais avec d'autres comédiens.

Qu'est ce qui a été le plus dur ?

Disons que c'est à l'opposé de l'animation. Dans l'animation, il faut être soi-même. Là, il faut en permanence être en rotation avec la caméra, jouer avec elle, se mettre dans la peau d'un personnage et surtout ne pas regarder la caméra.

Votre papa (Bernard) a réagi comment ?

Lui, il était ravi ! Cela faisait deux ans qu'il voulait que je le fasse avec lui.

Qu'avait le directeur des fictions de plus que votre père pour vous convaincre ?

Mon père n'était pas objectif. On n'est jamais objectif en ce qui concerne ses enfants. Takis avait des arguments professionnels. S'il me dit : « Je voudrais que tu fasses le casting » et qu'ensuite il ajoute : « C'est bon, tu as le rôle », je lui fais confiance.

Vous avez été bien accueilli sur le plateau ?

C'était plutôt à moi de m'intégrer, comme tout nouveau comédien qui arrive sur une série qui existe déjà. C'est comme dans une liaison amoureuse, il faut se faire aimer. Ils ont tous été formidables avec moi. D'ailleurs, il n'était pas question que je fasse un caprice de diva parce que j'étais Stéphane Tapie (rires).

Votre père vous a donné des conseils ou au contraire, il vous a laissé tranquille ?

Il m'a renseigné sur l'ambiance du jeu de la série. Il m'a donné des conseils, comme pour les autres comédiens. En revanche sur ma manière de jouer, non. C'est le rôle de metteur en scène.

Vous avez d'autres projets ?

Une série pour une autre chaîne. Je ne sais pas si ça va se concrétiser, et si j'ai vraiment envie de la faire.

Est-ce difficile de s'appeler Tapie ?

Par rapport au public non. Je suis obligé d'en faire deux fois plus pour éventuellement avoir une légère reconnaissance. C'est comme une femme dans le monde du travail, elle est obligée de mettre les bouchées doubles. Eh bien moi j'ai été obligé de faire de même. Le métier de comédien est un métier fabuleux. Se cacher derrière des personnages, c'est génial.

Propos recueillis par Loïc TORINO-GILLES

"Commissaire Valence", TF1. 21.06.07

20/06/2007

Haletant

Pas de doute. On va suivre la dix-neuvième saga d’été de TF1, dont l’épais Mystère promet d’être haletant. D’emblée on plonge dans le cockpit du Paris-Marseille qui disparaît subitement dans les années 1980. Lenteur nécessaire, les deux premiers épisodes de 52 minutes proposés ce soir, posent les bases de l’intrigue qui tourne autour de Laure, jolie trentenaire, qui a perdu la trace de sa mère depuis dix-sept ans. La nuit où elle retourne en Provence pour vendre la demeure familiale, un phénomène étrange met en émoi le petit village. L’apparition soudaine dans un champ de maïs d’un crop-circle - cercles inexplicables. Fait qui pourrait passer inaperçu sauf que notre héroïne apprend que les mêmes figures ont été trouvées le soir où sa maman a disparu.
Musique qui met dans l’ambiance, effets spéciaux léchés, personnages aux multiples facettes. Tout est fait pour donner envie de percer… ce Mystère.

L.T.-G.

"Mystère", TF1. 20.06.07

19/06/2007

Bouh !

Méfiez-vous des apparences. Et ne vous fiez pas à cette mère de famille proprette, qui déteste que l’on jure dans sa maison, qui va à la messe tous les dimanches et qui interdit à ses enfants de mâcher du chewing-gum.
Ne vous avisez pas non plus de la chatouiller, de lui piquer sa place de parking, de ne pas rembobiner la cassette du vidéo-club dans lequel bosse son fils, d’oser la convoquer au lycée pour faire de quelconques remontrances, de plaquer sa fille, ou de déranger son mari de dentiste un dimanche ! Cela pourrait vous coûter cher ; très cher !
Epoustouflante, Kathleen Turner incarne une maman vraiment pas comme les autres dans Serial Mother de John Waters (ce soir sur RTL9). Le réalisateur (entre autres) du Fils de Chucky, fait d’ailleurs une apparition, non créditée au générique, dans ce long-métrage sorti en 1994. Complètement déjanté, ce film dépeint le double visage de Beverly qui dégomme une multitude de personnages secondaires affreux et immoraux. Avec des rebondissements jusqu’à la dernière minute. C’est le coup de cœur de la soirée.

L.T.-G.

"Serial Mother", RTL 9. 19.06.07

12/06/2007

Viva España !

Ce soir, on se vide la tête… on commande des pizzas, sirote une sangria, et on se télé-porte en 1972, au temps où les Charlots nous emmenaient en Espagne, dans un voyage (dés)organisé qui vire au cauchemar. TMC (sur la TNT) ressuscite Jean-Guy, Phil, Gérard et Jean, quatre employés d’une compagnie de transports parisienne, qui ont péniblement économisé pour financer ces vacances idylliques. Las, le directeur du tour operator est parti avec la caisse, le bus se déglingue (fine métaphore : il y a un veau à la place du moteur), leur hôtel est complet… Ce qui va contraindre nos pauvres amis à… travailler ! Un mot qu’ils croyaient avoir bâni de leur vocabulaire.
Tour à tour maîtres nageurs, vendeurs de matelas et de boissons sur la plage, maçons (ils vont emmurer une famille), et toreros (façon Intervilles). Evidemment, tout cela, tourné en dérision, est potache. Réalisée par Jean Girault (la Soupe aux choux, Pouic-Pouic, quelques Gendarmes…), cette comédie au ras des pâquerettes est quand même moins débile que certains teen-moovies. Olé !

L.T.-G.

"Les Charlots font l'Espagne", TMC. 12.06.07

05/06/2007

Grand’messe

Ça commence par un cas de car-jacking, vous savez, quand de méchants voyous vous extraient de force de votre berline pour se tirer avec. Mais pas de quoi traumatiser Hugo Boski et Nicolas Janvier, les héros de Père & Maire, hier soir sur TF1. Pour leur deuxième aventure depuis le décès de Daniel Rialet, le nouveau duo reprend les recettes qui ont fait le succès de cette série, à savoir servir des bons sentiments que l’on boit jusqu’à la lie. Le sujet était pourtant à la limite de la moralité : Paul Roussel un viticulteur témoin puis acteur de l’agression, est polygame. L’homme mène depuis des années une double vie avec deux épouses bien distinctes. Papa de quatre enfants, il doit trouver pour le petit dernier un donneur de cellules souches compatible. Aidé de l’ecclésiastique et du propriétaire des clefs de Ville-Grand, Paul réussira finalement à avouer son horrible péché qui sera même pardonné. Pas de surprise donc, ni avec Gérard Hernandez, le commissaire Perret haut en couleur, qui perd son temps à écouler un stock d’alcootests périmés. Que la vie est dure.
L.T.-G.


"Père & Maire", TF1. 4.06.07