Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2008

Deux Perpignanaises dans Pékin Express

Christila et Delphine, infirmières à Perpignan, s’embarquent ce soir sur la route des Incas, pour la 3e et magique saison de Pékin Express

7e9879f10bd648d427a141664348fad6.jpgPékin Express est devenu un nom générique. Car pour sa troisième saison, le jeu d’aventure de M6 se déroule sur la route des Incas, de Rio de Janeiro à Lima. En 45 jours, les dix équipes vont traverser l’Amérique du Sud et parcourir les 8 000 km qui séparent l’océan atlantique de l’océan pacifique.
Le voyage débute dans la plus belle baie du monde, sous les bras du Christ rédempteur. Les plus valeureux rejoindront ensuite les mines du Diamantina, passeront par le marécage du Pantanal, s’aventureront dans le plus vaste désert de sel au monde, grimperont jusqu’à La Paz, plus haute capitale du planisphère, feront une escale sur les rives du lac Titicaca, avant d’atteindre la cité Machu Picchu, au Pérou.
Les règles du jeu restent inchangées : les 20 candidats disposent d’un euro par jour pour se nourrir (interdiction de payer un logement ou un transport). Un couple sera éliminé à la fin de chaque étape et les vainqueurs pourront empocher jusqu’à 100 000 €.
Deux baroudeuses nous intéressent plus particulièrement. Il s’agit de Christila et Delphine, 28 et 26 ans, qui habitent et travaillent à Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. « Nous sommes infirmières dans un hôpital psychiatrique, expliquent ces pétillantes brunes qui vont vous faire craquer. Mais nous sommes surtout des meilleures amies. »
Christila se présente comme impulsive et optimiste. Delphine, comme peureuse mais battante. « A l’hôpital, reprennent-elles, on s’occupe des autres. Nous avons envie de vivre quelque chose pour nous. Ensemble, on pourrait soulever des montagnes, nous sommes vachement positives dans la vie ».
Vous le découvrirez ce soir, les deux jeunes filles se débrouillent plutôt bien. Elles se chamaillent un peu (« Marche plus vite ! »), mais leur sourire réussit toujours à séduire les populations locales. Encore plus quand elles dansent une samba enfiévrée…
Attachantes aussi, Maïté et Cynthia, belle-mère et belle-fille basques, volontaires et complices, qui vont se révéler redoutables. En course aussi, Yasmin et Harold, les culottés époux belges, ainsi que Jean-Pierre et Joël, qui ne se connaissaient pas avant leur arrivée à Rio.
Première étape ce soir, 372 km de Rio à Tiradentes. Démarrage par une course poursuite très physique, surtout lorsque l’on porte un sac de 15 kilos sur son dos ! C’est aussi ce qui contribue au charme de Pékin Express.

Loïc TORINO-GILLES

"Pékin Express", M6. 20 h 50

21/01/2008

Jeune mère à la dérive cherche issue

Il n’est pas facile ce documentaire. Mais il mérite d’être vu, car il présente des situations malheureusement habituelles, qu’on aurait pourtant tendance à occulter. Celles de jeunes filles qui ont entre 18 et 24 ans, sans travail, sans famille, sans conjoint, mais déjà avec un enfant. Elles seraient 1 million dans ce cas en France. Démissionnaires ou brutales, vivant dans la précarité la plus totale, celles de ce reportage se prénomment Noémie, Séverine et Aurélie.

Les caméras les ont suivies pendant neuf mois. Neuf mois au cours desquels elles doivent surtout apprendre la tendresse, "construire un lien qu’elles n’ont pas eu", explique une psychologue. "Je ne veux pas qu’elle sente que je la rejette, comme ma mère m’a rejetée", explique Séverine. Cette célibataire de 24 ans a déjà perdu la garde de Manon, petite poupée de 5 ans. De nouveau enceinte, et toujours sans compagnon, elle décide d’aller la voir, après 14 mois d’absence. Une visite chargée en émotion qui se révélera être une dure épreuve.

Aurélie n’a que 19 ans. Elle a atterri en urgence dans un centre maternel après avoir vécu dans la rue avec Fanny, sa fille d’un an et demi. Elle tente chaque jour de devenir responsable. Ce n’est pas gagné : être mère 24 h / 24, c’est sans relais, sans répits.

Plus tard, c’est Sophie qui témoigne. Elle a tué son enfant de 4 mois sans s’en rendre compte, en le secouant. Jugée et condamnée, elle essaie à présent de reconstruire une vie qui ne l’a pas épargnée.

L.T.-G.

"Jeunes, seules sans travail et déjà mères", France 3. 20 h 50

20/01/2008

Épaves, épices et business

Les épaves européennes font le bonheur des pays d’Afrique. Jusque-là, rien de bien neuf. Mais l'Enquête exclusive consacrée aux 400 000 voitures qui trouvent un second souffle (souvent poussif) au Bénin et ailleurs, était instructive. On suivait Raoul, revendeur respecté à Cotonou, qui a pour habitude de faire son marché à Bruxelles.

Fini les Peugeot, l’homme se recentre sur les Japonaises "plus faciles à réparer et qui consomment moins. La négociation du prix n’est pas le plus difficile. Il doit surtout éviter les pillages sur les cargos au moment du transport. Plus étonnant, ce business profite aussi aux épiciers, bijoutiers et autres vendeurs de potions magiques. Mieux qu’un tigre, un grigri dans le moteur.

L.T.-G.

"Enquête exclusive", M6. 20 h 50. Rediffusion mercredi à 0 h 30

19/01/2008

Ne passez pas à côté des Oubliées

C’est l’histoire du gendarme Christian Janvier, hanté depuis quinze ans par la disparition non élucidée de six jeunes femmes qui se ressemblent étrangement. Jacques Gamblin qui incarne cet homme blessé dans Les Oubliées, a été séduit par "le ton singulier, l’étrangeté et l’atmosphère" du scénario. "Janvier sait écouter, écouter au-delà des réponses, poursuit le comédien. J’ai été passionné par ce personnage qui, à force d’obsession, d’empathie avec les parents des victimes, se marginalise de la règle et des conventions".

"Le travail sur ce personnage, explique-t-il, s’est fait plus dans la réserve que dans la performance. Les situations le montrent en effet comme un obsessionnel, concentré, en circuit fermé. Il s’agissait donc de lui donner, au contraire, de la vie et de la légèreté à chaque fois que c’était possible".

Pour Hervé Hadmar qui réalise et signe le scénario de ce thriller psychologique en six épisodes, "les Oubliées sont nées d’une constatation. Dans beaucoup d’affaires criminelles, on trouve souvent un homme seul qui enquête depuis plusieurs années sur une affaire et qui s’est mis en danger dans sa vie personnelle et professionnelle".

"J’avais d’abord écrit une vingtaine de pages pour le projet de départ. Quand il a fallu en faire 6 x 52 minutes, j’ai appelé Max Herpoux qui est un ami et un excellent scénariste. Nous avons défini ensemble la structure de l’histoire." Et quelle histoire !

L.T.-G.

La noirceur de Gamblin

Les Oubliées doivent beaucoup au caractère de leur personnage principal. À ce flic névrosé, victime de trouble de la mémoire, qui surnage en eaux troubles et s’accroche à ces meurtres en série qu’il doit élucider, comme pour continuer à vivre. Un rôle tout en noirceur qui sied à merveille à Jacques Gamblin, épatant. France 3 nous a rarement habitués à tel projet : un thriller psychologique, prenant, quelquefois oppressant, aux antipodes des comédies sucrées diffusées habituellement sur son antenne. Un pari audacieux, doublé d’un schéma narratif complexe, qui est à l’image de la réalisation de cette fiction : haut de gamme.

Loïc TORINO-GILLES

"Les Oubliées, France 3. 20 h 50

18/01/2008

Julie & Sarko

Le site internet imedias vient de mettre un terme à une folle rumeur. Non, Nicolas Sarkozy ne jouera pas dans un épisode de Julie Lescaut ! Cette rumeur persistante circulait depuis plusieurs jours dans de nombreuses rédactions. Mais le service communication du président vient de la démentir. Précisant tout de même que Monsieur Sarkozy avait de l'affection pour Véronique Genest, l'héroïne du feuilleton.

Voilà donc l'hyper-président privé de son plus grand rôle. Il aurait pu remplacer l'inspecteur N'Gouma pour passer au "karcher" les délinquants d'une cité ? Ou peut-être épouser en troisièmes noces le commissaire Lescaut, et agrandir encore sa déjà formidable famille recomposée. Et pourquoi pas, jouer un riche homme d'affaires enlevé pendant ses vacances à Petra...

La rumeur dit qu'il aurait "simplement" interprété son propre rôle pour remettre la Légion d'honneur à Julie... Téléspectateurs, il vous faut vous résigner, tout cela ne se fera pas. En même temps, vu son omniprésence télévisuelle, ça n'aurait pas changé grand-chose.

L.T.-G.

Le président de Groland marié !

43d8dfd312028da1ad0156008c719414.jpgLe Président Salengro se serait marié hier, dans la plus grande discrétion à la mairie de Mufflins, avec Katerine. L'idylle entre le chef de la Présipauté de Groland et l'interprète de Louxor j'adore durait depuis quelques semaines.

Confirmation ce samedi, en clair à 20 h 30 sur Canal+.

17/01/2008

Tu pointes ?

Hier, Cauet avait les tétons qui pointent. L'information a occupé 10 % du temps d'antenne de "La Cauetidienne", soit 3 minutes. Retardant l'arrivée du premier défi que l'animateur devait relever : désamorcer en 24 secondes, une bombe planquée dans un gros gâteau. Evidemment la tarte à la crème s'est révélée explosive et cette blague, aussi vieille que le monde, a produit son petit effet sur le public.

Après quelques caméras cachées et interventions de chroniqueurs, Cauet se plaçait dans une roue géante, reproduction de celle que l'on trouve dans la cage des hamsters. Objectif : tourner plus vite que le rongeur. Bien sûr, l'éternel ado était équipé d'un casque et de genouillères et rappelait qu'il ne faut surtout pas faire ce genre de conneries à la maison.

Plus bête que méchant, tout cela manquait de rythme. Et malgré l'enthousiasme du sympathique Cauet, hier devant l'écran, c'est l'ennui qui pointait...

L.T.-G.

"La Cauetidienne", TF1. 17 h 35

16/01/2008

Adieu Loulou

Que du bonheur va-t-il supplanter Un gars, une fille ? Ça se pourrait bien, si ce nouveau programme court d’avant-JT réussit à tenir la route. Le début est prometteur. Ce n’est plus l’intimité d’un couple mais d’une famille - tiens, comme dans Fais pas ci, Fais pas ça, lancé cet été sur France 2 - qui est porté à l’écran. Mais ici, tout est beaucoup moins hystérique.

Valérie et Jean-François sont les chefs de cette famille recomposée. Ils ont chacun un enfant : Julien et Elsa, qui sont en pleine adolescence. On compte aussi, Zoé, la petite dernière, fruit de leur union. Rendez-vous dans la cuisine pour suivre les aventures de tout ce beau monde. C’est ici que sont lancées les grandes conversations : "Pourquoi personne ne m’aime" ou encore "Ce serait bien que vous divorciez un peu !"

Cette petite troupe est coachée par Michèle Bernier qui avoue "être gâtée par les jeunes comédiennes" (Typhanie, 14 ans et Isaura, 8 ans), qui, c’est vrai, sont pétillantes. Mais de là à faire oublier Chouchou et Loulou...

L.T.-G.

"Que du bonheur", TF1. Lundi au vendredi à 19 h 50. Week-end à 18 h 50

15/01/2008

Les dérives de l'ANPE

C’est l’histoire de Jean-Marc, chef d’entreprise, qui, comme beaucoup de ses confrères, ne fait plus appel à l’ANPE pour recruter des candidats. Pour les besoins de Capa, il fait un test : dépose une annonce dans une agence pour l’emploi et, en parallèle, en publie une dans un journal.

Bilan 15 jours plus tard : 100 CV reçus grâce au journal, 4 avec l’ANPE. No comment. Hallucinant, ce reportage montre aussi comment certains agents "gonflent" les chiffres du chômage ou poussent à la radiation, pour se conformer aux objectifs de leur administration. On aurait aimé une réaction officielle, mais en deux mois, les journalistes n’ont pu l’obtenir. C’est qu’il y a du travail, à l’ANPE.

L.T.-G.

"Faites passer l’info", Canal +. 20 h 50

NDLR : Des réactions trop irrespectueuses et diffamatoires ont été supprimées.  Je vous engage à regarder le reportage de l'agence Capa et ses exemples qui sont accablants. Notamment des anciens agents de l'ANPE, repentis depuis, qui expliquent comment ils truquent les chiffres… Sans généraliser, ce point de vu a le mérite de pointer du doigt une administration qui travaille avec les moyens qu’on lui donne. Cela ne remet pas en cause son utilité, mais questionne.

14/01/2008

Leur famille est formidable

RENCONTRE Bernard Le Coq et Joël Santoni parlent de cette troupe qui poursuit ce soir ses aventures au Maroc

905adca314d120d59fc890cfb9642be8.jpg

Ouf ! On peut rire de tout. Même de la mort (en l’occurrence celle de Nono, le patriarche). Joël Santoni appréhendait. Mais les chiffres d’audience ont donné raison au réalisateur et papa d'Une famille formidable. Le premier épisode de la septième saison, diffusé lundi dernier sur TF1, a réuni 8,6 millions de fans.

"Ça veut dire qu’on peut y aller encore !, s’amuse l’homme avec son franc-parler. Ça donne plein d’idées pour la suite. D’ailleurs, le jour où je n’aurai plus d’idée, je serai mort". Adultère, accident, homosexualité… Voilà qui laisse présager, "dans deux ans peut-être, une nouvelle saison.

Mais qu’est-ce qui séduit les foyers français ? Bernard Le Coq s’y colle : "Le fait de pouvoir s’identifier aux personnages. À travers nos histoires on peut se dire "ça n’arrive pas qu’aux autres". Je crois aussi que le casting initial a été une réussite, un bon instinct. Nous sommes une troupe, à chaque fois que l’on se retrouve sur un tournage, on est content""On a vu grandir les enfants, reprend Joël Santoni. Ils deviennent des gens délicieux, ils se soutiennent...".

Autre recette du succès ? "Prendre son temps, ajoute le réalisateur. Deux ans, c’est la période nécessaire entre chaque saison, car vous savez, il faut aussi s’adapter à la vie personnelle de chacun, aux maternités… En seize ans, il n’y a eu que 21 épisodes." "Nous on attend, on prend notre mal en patience et souvent, on signe même sans avoir lu, affirme Le Coq. "Au fil des aventures, reprend Joël Santoni, je me rends compte que les comédiens sont responsables de leurs personnages, qu’ils en possèdent même des réflexes."

Et quand on lui demande d’où est venue l’idée de la série, il faut remonter à l’enfance. "J’ai été orphelin très jeune, comme Anny Duperey, cette idée de famille me fascinait". On comprend mieux son attachement au programme.

Direction le Maroc, ce soir, pour un mariage qui ne va évidemment pas se passer simplement. Rebondissements et éclats de voix (cette famille règle ses conflits en criant) sont au rendez-vous d’un épisode gentiment plaisant.

Propos recueillis par Loïc TORINO-GILLES

"Une famille formidable", TF1. 20 h 50