Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/03/2008

Les Enfoirés livrent leurs secrets

b5f7b5b738bc7d61fd6ea4e9ee8fbdf3.jpgOuverture moyenâgeuse. Chevaliers, damoiselles, damoiseaux, donjon... Et Cabrel, magnifique barde, faisant place nette au roi Palmade et à sa dulcinée Lorie. Ange virevoltant, sorcières... Les écrans géants diffusent des images où l'on devine les remparts qui renferment des secrets...

C'est le thème du dernier spectacle des Enfoirés, enregistré au mois de janvier à Strasbourg et diffusé ce soir sur TF1. Avant la commercialisation demain du CD et DVD souvenir, au profit des Restos du coeur.

Sur scène, une quarantaine d'artistes, parmi lesquels Jean-Jacques Goldman, Mimie Mathy, Céline Dion, Patrick Bruel, Lââm, Alizée, Catherine Lara, Maxime Leforestier, Zazie, Tina Arena, Marc Lavoine, Garou, Jenifer, Frédéric Diefenthal... Deux p'tits nouveaux très bien intégrés : Christophe Willem et Christophe Maë. Et deux absentes remarquées : Liane Foly (blessée) et Muriel Robin (" qui ne pouvait absolument pas participer ", dixit Mimie Mathy).

Plus aboutie dans ses décors (signés Xavier Grosbois), ses costumes et ses chorégraphies, cette nouvelle édition réserve de belles surprises (Bruel aux platines sur Louxor, reprises endiablées de Fous ta cagoule, La salsa du démon). Mais chut ! C'est un secret.

A Strasbourg, L.T.-G.

Ce soir à 20 h 50 sur TF1. DVD et CD en vente demain.

---***---

" On sera là tant qu'on aura besoin de nous "

ENTRETIEN Pourquoi ces artistes sont-ils des Enfoirés ?

Comment justifiez-vous votre participation ?

Lââm : On est là pour des gens qui n'ont rien à manger. Heureusement qu'il y a les Restos du coeur ! J'ai moi-même eu besoin du Secours populaire, donc je sais ce que c'est que de ne pas avoir à manger tous les jours...

Patrick Bruel : Ce n'est pas très normal dans un pays occidental civilisé, qu'il y ait encore autant de gens qui ne mangent pas à leur faim. On sera là tant qu'on aura besoin de nous.

Catherine Lara : En ce qui me concerne, c'est une vieille motivation qui date du début. La première étant de nourrir les plus démunis... Et il ne faut pas se cacher qu'on a un certain plaisir à se retrouver et à se déguiser comme des gamins de douze ans, en laissant l'ego au fond de la poche. Ça fait du bien.

L'ego au placard, c'est la clef du succès ?

Zazie : Oui. Idem pour les états d'âme ! Nous avons décidé de ne pas être dans quelque chose où l'on décide par affinité musicale ou par copinage. C'est ce qui donne une édition équilibrée.

Le spectacle a beaucoup évolué...

Maxime Leforestier : Depuis l'année dernière, on a un chorégraphe. Sauf pour moi. Je l'ai averti que j'avais arrêté la danse depuis 35 ans, il a pas insisté (rires).

Mimie Mathy : On est passé d'une aire de toute simplicité à un spectacle construit, avec costumes, chorégraphies... C'est un choix que l'on a fait. Après 20 ans, il faut se renouveler. On pourrait se mettre derrière un micro, faire plusieurs voix et chanter chacun à notre tour. On essaie d'en donner chaque année un peu plus et que tout le monde soit heureux.

A la télé, on ne verra que le meilleur ?

Mimie Mathy : Sur scène, on est obligé de faire de longs plateaux au moment des changements de décors... A la télé tout est plus resserré.

Comment fait-on pour tenir le rythme ?

Catherine Lara : C'est le bonheur d'être là qui donne cette force-là. Il faut vraiment avoir une bonne raison pour ne pas venir. C'est unique au monde ! Je suis un vieux pilier si je puis dire... Je me déguise en ange, enfin en ce qu'il en reste (rires)...

Patrick Bruel : A titre personnel, c'est formidable de pouvoir chanter avec d'autres artistes. On fait quelque chose qui tient la route pour si peu de temps de répétition. Quel pays peut se targuer de réunir soixante artistes sur la même scène et le soir dans le même café, ensemble, de pouvoir prendre des guitares et chanter ?

Entre Enfoirés, l'ambiance semble excellente...

Lââm : C'est un peu la colonie de vacances, on fait quelque chose de bien, on se sent utile. Il y a des artistes incroyables, comme Céline Dion, qui vend des millions de disques et qui accepte de venir ! Catherine Lara : On a la chance d'avoir des petits nouveaux qui rentrent immédiatement dans l'histoire. J'adore le petit Maé et Willem, je les trouve talentueux. Ce sont des mômes qui ont une âme, qui chantent avec leurs tripes, avec beaucoup d'identité.

Patrick Bruel : Oui, un sang neuf magnifique, avec beaucoup d'humilité et de talent !

Propos recueillis par Loïc TORINO-GILLES

***-*** 

"Goldman, en or"

Il est le chef d'orchestre. " Le leader ", lâche Véronique Colucci. Celui qui trouve l'idée, le thème de la soirée, qui connaît la tessiture de tous les artistes. Comme son nom l'indique, Jean-Jacques Goldman est " l'homme en or " des Enfoirés. Ça dure depuis 1985, quand Coluche lui a demandé " d'écrire un tube ". Lââm le considère d'ailleurs " comme un père ". Discret, modeste... " Goldman porte le spectacle sur ses épaules, avec Yves Mayet et Anne Marcassus ", renchérit Véronique Colucci. Et comme les autres artistes, il abandonne ses droits.

---***---

LES RESTOS En chiffres

- En 2007, les Enfoirés ont réuni 70 000 spectateurs au Zénith de Nantes. La vente des CD et DVD du spectacle a fourni 21,4 % du budget des Restos du coeur, soit 26 millions d'euros. L'Etat, quant à lui, apporte 1/3 du financement. " Autonomie financière ", qui satisfait Oliver Berthe, président de l'association créée par Coluche en 1985. Enfin, près de 480 000 personnes ont donné 48,5 millions d'euros. - Toujours en 2007, près de 12 millions de télé- spectateurs ont suivi le concert sur TF1. Cette année, la Une a remporté pour la septième fois l'appel d'offre des Restos. Avec ce fait étonnant : l'absence de candidature de France Télévisions.

- 1 milliard, c'est en cumul, le nombre de repas servis depuis la création des Restos. Un triste record qui en dit long sur la situation des précaires. 700 000, c'est le nombre de personnes accueillies l'an dernier ; soit 81,7 millions de repas distribués et 23 300 bébés de moins d'un an aidés.

- Les bénévoles, dévoués, sont en augmentation : 51 000 (48 000 en 2006).

- A noter le faible taux des frais généraux : 8,5 % à peine des ressources.

- Pour 100 € de ressources : 62,3 € servent à la distribution alimentaire et aux relais ; 17,5 € aux actions d'aide à l'insertion ; 4,9 € aux charges liées au concert des Enfoirés.

Pour aider ?

- L'achat du CD et du DVD permettra de servir 19 repas. Vous pouvez également adresser un don. En ligne (www.restosducoeur.org). Ou par courrier (Restaurants du coeur, 75515 Paris cedex 15).

L.T.-G.