Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/05/2009

Censure, crise des annonceurs et kitcheries

1-Tr : …

Voilà des méthodes républicaines de séparation des pouvoirs comme on les aime ! En février, Jérôme Bourreau, un employé de TF1, adressait un mail à son député Françoise de Panafieu, pour lui donner son avis sur la loi Hadopi (celle qui doit réprimer le téléchargement illégal sur Internet). Le jeune-homme regrettait que ce projet de loi, adopté depuis, ne soit "qu'une mauvaise réponse à une très bonne question". Malgré ses arguments, son courriel privé est resté sans réponse…

Mais a été transmis par son destinataire à Christine Albanel, ministre de la Culture. Laquelle ministre (ou un vague collaborateur, terme bienvenu dans notre histoire), a également fait suivre ce courrier électronique à la direction de TF1. Résultat, Jérôme Bourreau a été convoqué par ses patrons et devrait être licencié pour "divergence de stratégie". Liberté, liberté chérie, chantait-on.

 

2-Crise.

Personne n'aurait pu imaginer que la suppression de la publicité avantage le service public. Avec un budget fixe (car voté par l'Etat), France Télévisions dispose désormais d'une visibilité assurée, quand la tour vitrée de TF1 vacille… Ainsi, au premier trimestre 2009, le chiffre d'affaires consolidé de la Une est en retrait de 18%  (538 millions d'euros). Et les recettes publicitaires, en baisse de près d'un tiers (27% à 321 millions d'euros).

Pour lutter contre cette crise des annonceurs, TF1 a d'ailleurs fait des économies. Réduisant son coût de grille de 7 millions d'euros (à pareille époque en 2008), pour avoisiner les 228 millions d'euros. Mieux. Malgré l'offre enrichie pour les téléspectateurs (18 chaînes depuis l'avènement de la TNT), la Une a stabilisé son audience. Preuve que le paquebot tangue mais garde le cap.      

 

3-Européennes.

Qui a dit que le kitsch ne faisait plus recette ? Le plus ringard des concours de chant européen (vous aviez reconnu l'Eurovision), a battu des records d'audience sur France 3. Près de 6 millions de téléspectateurs étaient devant leur petit écran pour assister à cette surenchère de costumes chatoyants, de chorégraphies surréalistes et de chanteuses à grosses… voix ! Une réussite : la France n'avait pas connu pareil engouement depuis 1995. Et en terminant huitième, notre Patricia Kaas nationale a sauvé les meubles, réalisant le meilleur score depuis 2001.

Oui le kitsch séduit. Une recette que nos euro-députés devraient songer à utiliser pour motiver les citoyens à voter en masse le 7 juin prochain !

 

Loïc TORINO-GILLES

A lire aussi sur http://www.bscnews.fr

16/02/2009

Licenciement, morale et poitrine

1-Lutter contre la crise. Décidemment notre PME préférée (TF1) vient de trouver LA solution anticrise : tuer les salariés vindicatifs. Des dirigeants en ont rêvé, la Une l’a fait. Carrément ! Ce brave Laurent Gamelon, fidèle époux de l’héroïne de la série ô combien palpitante Diane, femme flic, a inauguré cette méthode plutôt expéditive. Le comédien qui avait osé demander une augmentation au moment de renégocier son contrat de travail, a reçu pour réponse un ultime script. Son personnage a été sauvagement abattu. Mort pour l’exemple. De quoi refroidir certaines ardeurs.

2-Moraliser l’antenne. Paradoxe. Après avoir éliminé ce salarié encombrant, TF1 a décidé de "moraliser son antenne". Ce n’est pas une blague. Exit poitrines aguicheuses, abdos huilés, libidos débridées, règlements de compte et tromperies filmées en caméras infrarouge : L’Île de la tentation c’est fini ! Mais que les aficionados se rassurent, Endémol, qui produit le programme, pourrait le vendre à M6. Ouf ! On pourra encore voir des débilités hautement intellectuelles cet été.

3-Cachez ce sein. Poitrine toujours : après son pétage de plomb sur un vol Air-France en 2007, Jean-Luc Delarue, l’ex gendre-idéal-du-PAF, a dérapé lors de la cérémonie des Globes de cristal, diffusée récemment sur France télévisions depuis le Lido. Farceur, JLD a proposé de porter "les globes" de la réalisatrice Yamina Benguigui, non sans lui avoir reluqué le poitrail au passage. Une allusion imagée que la belle amazone a peu appréciée. Ah, l’humour de Delarue,  ça se discute, comme dirait l’autre.

Loïc TORINO-GILLES

A lire aussi sur http://www.bscnews.fr