Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/03/2007

Vers d’exil

Dommage que ce reportage soit si lent. Dans la thema proposée hier soir sur Arte, Entre exil et résistance, Jérôme Prieur s’est intéressé au poète René Char, héros de la Résistance provençale. Sur le parcours discret de cet homme de lettres, ami des surréalistes, qui délaissa l’écriture pour le dessein. Un grand : sauver sa patrie.

Maquisard dès 1941, il devint capitaine Alexandre, chargé de réceptionner les parachutages des alliés. Paradoxe, au moment où « les yeux seuls sont encore capables de pousser un cri », en référence aux déportés du Camp des Milles, dans une tuilerie près d’Aix-en- Provence, il refuse d’être publié. Un secret irrévocable « aussi longtemps que ne se sera pas produit quelque chose qui retournera entièrement l’innommable situation dans laquelle nous sommes plongés. »

Ce parcours de vie est illustré par de nombreux documents d’archives. Plus curieux, les reconstitutions filmées par son groupe de résistants (avec la petite fille délivrant : « La bibliothèque est en feu », message clandestin qui deviendra un titre de poème). Sa poésie est également présente, lue par René Char lui-même.

L.T.-G.

Arte "René Char, nom de guerre Alexandre", 9.3.7

28/02/2007

En prison

Quand elle n'est pas en prison, Françoise-Léa Cramier passe dix heures dans son bureau situé dans les anciennes geôles du tribunal d'instance d'Auxerre. Un comble pour ce juge de l'application des peines, dont la mission première est « d'ouvrir une porte vers la sortie ».  

Libération conditionnelle, validation de parcours de réinsertion... A juste 28 ans, la présidente Cramier, dont c'est le premier poste, prend le « risque de la récidive », affronte l'opinion et sait que tôt ou tard elle se trompera. Comme toute une génération de nouveaux magistrats, elle vit avec le poids d'Outreau. « Au début, je rêvais des situations tant j'avais peur de faire des erreurs ». Des perles de temps se sont écoulées de la clepsydre, mais le "Jap" peine « à trouver la distance nécessaire », quand les condamnés ont le même âge qu'elle.

« Les gens nous voient en terme de pouvoir, pas nous. Nous sommes au service des citoyens ». Le deuxième épisode du triptyque Nos juges, ce soir à 22 h 55 sur France 2, viendra rassurer les deux Français sur trois qui disent ne pas avoir confiance en la justice.

L.T.-G.

France 2 - "Nos juges" - 1er mars 2007 (22h55)